Philip Morris évite un long procès

Le cigarettier Philip Morris a accepté une transaction proposée par la justice belge et qui doit conduire à considérablement limiter la publicité pour le tabac dans les librairies belges. Cette transaction aurait été acceptée suite aux résultats d’une enquête menée par le parquet d’Anvers.

Le parquet d'Anvers, où se situe le siège central de Philip Morris Belgium, avait mené une enquête approfondie sur les contrats conclus entre le cigarettier et des librairies.

En échange d'une palette de services et de cadeaux, les magasins devaient entièrement se mettre sous le signe de Marlboro ou L&M, les marques les plus importantes de Philip Morris.

Le dossier du parquet a semblé suffisamment solide pour que Philip Morris accepte une transaction de 175.000 euros.

En vertu de cette transaction, Philip Morris se voit interdire le placement d'écrans plasma avec des messages publicitaires ou le placement de présentations spéciales sur les comptoirs.

Le fait que Philip Morris ait accepté la transaction, et reconnaisse ainsi une faute, peut avoir des conséquences importantes.