Pas encore d’accord sur le budget au fédéral

Au terme d’un week-end de négociations - entrecoupé par une pause pour permettre aux ministres démocrates-chrétiens de se rendre à Rome pour la canonisation du Père Damien -, les ministres du gouvernement fédéral ne sont pas encore parvenus à un accord sur l’exercice budgétaire 2010-2011. Ils se sont quittés vers 1h30, ce lundi matin, pour se retrouver à nouveau ce midi. Pour s’entendre, il leur reste jusqu’à mardi matin, avant que le Premier ministre ne doive prononcer sa déclaration sur l’état de l’Union devant le Parlement.

Alors qu’ils entraient, dimanche soir, dans l’enceinte du château de Val Duchesse à Bruxelles, plusieurs ministres avaient encore exprimé l’espoir de parvenir dans la nuit à un accord sur l’exercice budgétaire 2010-2011. Il n’en a cependant rien été.

Selon la vice-Première ministre Joëlle Milquet (CDH), il restait encore trop de sujets à discuter pour pouvoir clôturer les discussions budgétaires. Vers 1h30, les ministres fédéraux se sont donc séparés. Peu avant midi, ce lundi, ils se retrouvaient à la table des négociations pour trancher sur les dernières questions en suspens.

Dimanche soir, ce sont notamment les dépenses et les économies nécessaires dans les secteurs de la Sécurité sociale et des soins de santé qui ont été discutées. Aucune décision définitive n’a été prise, mais de grandes avancées auraient été effectuées. Le gouvernement aurait ainsi presque trouvé le montant de 1,1 million d’euros d’économies à réaliser.

Les contributions qui seront réclamées aux banques et au secteur nucléaire ont également été discutées. Un montant minimum de 500 millions d’euros à réclamer aux banques est ainsi cité de plus en plus souvent, bien que les détails et le timing ne soient pas encore clairs. Pour le secteur de l’énergie nucléaire, le ministre de l’Energie, Paul Magnette (PS), songerait à une contribution structurelle de 200 millions d’euros, pour 5 ou 6 ans.

Au finish ce lundi

Mais ces questions n’avaient pas encore été définitivement tranchées. Ces dossiers figurent donc à nouveau ce lundi après-midi sur la table des discussions. A négocier aussi : les mesures de redressement pour l’emploi et l’économie, comme la mesure de TVA pour le secteur de la construction.

Ce lundi, les ministres devront de toute façon négocier « au finish », si nécessaire jusqu’aux petites heures du matin. Le Premier ministre Herman Van Rompuy (CD&V, photo principale) doit en effet présenter ce mardi, au Parlement, sa déclaration sur l’état de l’Union.