La STIB demande d’ignorer les mendiants

Depuis le 15 octobre, un message sonore dans les stations du métro bruxellois incite les passants à ne pas attirer les mendiants en les aidant, ce qui choque une partie du public et les associations d'aide aux démunis qui y voient un appel à l'égoïsme.

Jean-Pierre Alvin, le porte-parole de la STIB, précise que ce message est inspiré de ce qui se fait dans les transports en commun parisiens. "Le texte est d'ailleurs identique à celui qui est diffusé à Paris", se défend-t-il.

A la STIB, on dément qu'il y ait une augmentation de la mendicité sur le réseau. Le but serait de conscientiser les passagers du rôle qu'ils ont à jouer.

"On veut faire prendre conscience aux clients que s'ils donnent satisfaction aux mendiants, ceux-ci reviendront. Et les mendiants ont d'autres ressources ou d'autres endroits pour mendier", conclut le porte-parole de la STIB.

Dès le mois de novembre, des personnes seront engagées pour convaincre les mendiants de quitter les lieux. Les musiciens pourront pour leur part continuer de jouer dans les endroits prévus, après toutefois avoir passé une audition auprès de la STIB.
 

"Pas le moment pour des stratégies répressives"

Le secrétaire d’Etat à la Lutte contre la Pauvreté, Philippe Courard (PS), s’est dit "perplexe" face à l’appel de la STIB.

"Avec l’arrivée de l’hiver, il vaut mieux prendre des initiatives sociales, innovantes et volontaristes sur l’assistance des personnes démunies. Je ne veux pas cacher le phénomène de la pauvreté, mais je désire m’attaquer à ses causes", a-t-il indiqué.

"Tenant compte du fait que la pauvreté gagne du terrain, il n’est dès lors pas le moment d’adopter des stratégies répressives", a ajouté Philippe Courard, qui a par ailleurs appelé au dialogue et à la sensibilisation.