Younes : les recherches reprennent à la frontière franco-belge

Quatre jours après la disparition du petit Younes dans la région de Comines, on est toujours sans nouvelle de cet enfant de 4 ans. Les recherches ont repris jeudi matin vers 9h. A la suite de divers témoignages, des vérifications sont en cours de part et d’autre de la frontière franco-belge.

“Via Child Focus, mais aussi au commissariat, par téléphone ou encore par mails, divers témoignages nous sont parvenus.

Afin de fermer toutes les portes, nous devons vérifier toutes ces informations une par une.

Nous devons également poursuivre certains devoirs qui n’ont pas encore été accomplis. Cela se fait en fonction de l’urgence”, a indiqué le commissaire Sébastien Dauchy, chef de zone à Comines-Warneton.

Il a précisé qu’il n’y aura “pas d’hélicoptère ni de plongeurs ce jeudi matin, uniquement des maîtres-chiens sur le terrain”, avant d’ajouter qu’à la “suite d’autres témoignages, des investigations sont également menées par des policiers français en France”.

Interpol lance un avis de recherche

Par ailleurs Interpol a lancé mercredi un avis de recherche à ses 188 pays membres pour retrouver l’enfant.

"Dans de tels cas de personnes disparues, il est particulièrement important que l'alerte et toutes les informations nécessaires soient communiquées aussi rapidement que possible, pas seulement au niveau local ou régional, mais aussi au niveau international", précise l'organisation de coopération policière internationale, basée à Lyon, dans un communiqué.

"Notice jaune"

L'enfant "mesure 1,10 mètres", "a des yeux marrons et des cheveux frisés", ajoute Interpol, invitant toute personne détenant des informations à ce sujet à contacter la police locale, qui les transmettra aux autorités belges par l'intermédiaire d'Interpol.

Cet avis de recherche appelé "notice jaune" est utilisé par Interpol pour aider à localiser les personnes disparues, notamment les mineurs. Il a été diffusé à la demande de la police fédérale belge.

Des recherches intensives se poursuivaient mercredi des deux côtés de la frontière franco-belge pour retrouver le petit garçon, qui aurait quitté le domicile familial "pieds nus et vêtu très légèrement" dans la nuit de dimanche à lundi, après une dispute "assez violente" entre ses parents, selon le parquet de Tournai.