Opel Anvers: "une décision d'ici 2 semaines"

Le chef du gouvernement flamand, Kris Peeters, a indiqué lundi soir qu'une décision sur l'avenir de l'usine Opel d'Anvers sera prise dans les deux semaines. Le patron de GM Europe, Nick Reilly, a précisé qu'il y aurait des décisions difficiles à prendre tout en refusant d'évoquer la fermeture du site anversois

"Dans les prochains jours, au plus tard dans deux semaines, une décision sera prise sur l'avenir du site d'Anvers", a indiqué Kris Peeters à l'issue d'une rencontre avec le patron par intérim d'Opel/Vauxhall, Nick Reilly.

Le patron d'Opel a indiqué qu'il y aurait des décisions difficiles à prendre tout en refusant d'évoquer la fermeture du site anversois.

M. Peeters a qualifié la réunion avec M. Reilly, qui a duré une petite demi-heure, de très ouverte et directe.

Nick Reilly a rappelé la surcapacité actuelle d'Opel en Europe et la nécessité de restructurations. Il a également indiqué qu'un report de la décision n'était favorable à aucune partie.

Il a promis une décision transparente et argumentée d'ici deux semaines. Il a aussi estimé qu'Anvers constituait une bonne usine et qu'il n'avait pas de problème avec le site anversois.

Quant à l'enveloppe de 500 millions d'euros que le gouvernement flamand était prêt à mettre sur la table, Kris Peeters a précisé qu'elle était toujours valable mais qu'il ne pouvait pas s'agir d'un chèque en blanc.

L'usine Opel d'Anvers, qui compte environ 2.300 salariés, apparaissait condamnée en cas de reprise par Magna/Sberbank, et son avenir semble tout aussi compromis dans le nouveau scénario.