Ashton forme un tandem avec Van Rompuy

La socialiste britannique et actuelle Commissaire européenne au Commerce, la Baronne Catherine Ashton of Upholland, a été désignée ce jeudi soir comme première ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne. En tant que telle, elle formera avec le président Herman Van Rompuy le duo à la tête de l’Union européenne. Sa nomination doit cependant encore être approuvée par le Parlement européen, à la mi-janvier.

La recherche des candidats parfaits pour les nouvelles fonctions de président du Conseil européen et de Haut représentant pour les Affaires étrangères de l’UE et la politique de sécurité - qui sera plus couramment appelé ministre des Affaires étrangères de l’UE - n’aura pas été un exercice facile pour la présidence suédoise à l’Union. Les Britanniques ont en effet longtemps tenu à voir l’ex-Premier ministre Tony Blair nommé à la première fonction.

Ce jeudi en fin d’après-midi les choses se précipitaient néanmoins. Avant de se rendre au sommet spécial à Bruxelles, les six dirigeants socialistes de l’Union - dont le Premier ministre britannique Gordon Brown - se réunissaient en effet séparément pour conclure un accord. Brown abandonnait alors son soutien inconditionnel à Blair, en échange d’un consensus sur la personne de Catherine Ashton en tant que future ministre des Affaires étrangères de l’Union.

La voix était alors libre pour un duo Ashton - Van Rompuy. Le tandem était effectivement désigné par les 27 pays membres, moins d’une heure après le début du souper des chefs d’Etats et de gouvernements à Bruxelles.

Catherine Ashton semblait la candidate idéale de consensus. Avec elle, les socialistes européens obtiennent la haute fonction dont ils rêvaient, et les Britanniques se voient dédommagés pour avoir dû abandonner leur soutien à Tony Blair. De surcroît, l’une des fonctions-clef revient à une femme.

"Je ne suis pas un ego avec des jambes"

La Baronne Catherine Ashton of Upholland a beau être la candidate du compromis, elle n’en possède pas moins de nombreuses qualités personnelles. Agée de 53 ans, l’ancienne secrétaire d’Etat à Londres, qui a aussi travaillé aux départements de l’Education et de la Justice, elle n’était pas encore connue en Europe.

Elle assume cependant depuis un an la fonction de Commissaire européenne au Commerce, remplaçant en 2008 à la demande de Gordon Brown le Commissaire britannique Peter Mandelson. A ce titre, on lui doit un accord important conclu au nom de l’Union avec la Corée du Sud et une amélioration des relations avec les Etats-Unis et l’Amérique latine sur le plan commercial.

Dès le 1er décembre 2009, Ashton succèdera à l’Espagnol Javier Solana, mais verra ses compétences élargies. Elle deviendra ainsi aussi vice-présidente de la Commission européenne, aux côtés du président José Manuel Barroso. A ce titre, sa nomination devra encore être approuvée à la mi-janvier par le Parlement européen.

Catherine Ashton estime que son manque d’expérience au niveau international et sur le plan diplomatique ne pose pas problème. « Mon expérience parlera d’elle-même. Je ne suis pas un ego juché sur deux jambes, je ne dois pas toujours donner mon avis. Jugez-moi sur base de ce que je ferai et vous serez satisfaits et fiers », déclarait-elle ce jeudi à la presse internationale. Ce qui lui valu un sourire d’approbation de Jose Manuel Barroso.