Moins de contamination à la grippe mexicaine

La semaine dernière, le nombre de personnes qui en Belgique ont contracté la grippe A/H1N1 a une nouvelle fois nettement diminué. Le virus a alors fait 17.850 nouveaux patients. L’un d’entre eux, qui appartenait aux groupes à risque, est décédé, annonce le Commissariat interministériel Influenza.

Dans les 41.856 consultations de généralistes en Belgique on a recensé la semaine dernière quelque 17.850 nouveaux cas de contamination à la grippe mexicaine. La semaine précédente, le nombre de nouveaux patients avait été nettement plus élevé, soit 29.744 cas.

Il s’agit donc déjà de la deuxième semaine consécutive que le nombre de contaminations est en baisse. Le virus s’est vraisemblablement propagé moins rapidement en raison de la semaine du congé de Toussaint, pendant lequel les écoles étaient fermées.

Selon le Commissariat interministériel Influenza, le nombre de personnes qui contractent le virus A/H1N1 est relativement limité en Belgique. L’épidémie n’a jusqu’à présent pas encore eu d’impact significatif sur la population, affirme-t-on.

Depuis l’apparition du virus de la grippe mexicaine, 174.973 personnes ont déjà été contaminées en Belgique. Douze patients sont décédés, à la suite de complications.

Déjà 1,5 million de vaccins administrés

Selon le Commissariat interministériel Influenza 1,9 million de vaccins contre la grippe mexicaine ont déjà été mis en circulation. Le professeur Marc Van Ranst - Commissaire interministériel pour le gouvernement - évalue à 1,5 million le nombre de vaccins qui ont effectivement déjà été administrés en Belgique.

« Entre 60 et 80% des personnes qui ont été identifiées comme faisant partie des groupes à risques se sont déjà présentées pour se faire vacciner. C’est déjà un bon résultat, qui prouve que les généralistes ont bien organisé la campagne », affirme Van Ranst (photo).

La campagne de vaccination a débuté à la fin du mois d’octobre. Ce sont d’abord les membres du personnel des hôpitaux et les médecins qui ont été vaccinés, puis le personnel soignant à domicile, les pharmaciens et les personnes appartenant aux groupes à risques.

Selon le Commissaire, la demande dépasse encore toujours l’offre. « Nous recevons davantage de demandes de vaccins que nous ne pouvons en livrer actuellement. Dès lundi, nous mettrons à nouveau 200.000 vaccins en circulation. Mais ce ne sera pas suffisant. Nous suivons l’affaire de très près, car la situation change tous les jours », conclue le professeur Van Ranst.