Particules fines: la Belgique réprimandée

La Belgique a reçu une mise en garde officielle, de la part de la Commission européenne, parce que son atmosphère renferme encore toujours une trop haute concentration de particules fines. Le gouvernement flamand avait, en vain, tenté d’obtenir un délai supplémentaire pour parvenir à atteindre les normes requises par l’Europe.

Ce n’est pas la première fois que la Belgique reçoit une mise en garde, émanant de la Commission européenne, parce qu’elle ne se montre pas assez bon élève en matière de réduction de la concentration de particules fines dans l’air.

La dernière fois, notre pays s’était fait réprimander parce qu’il ne parvenait pas à démontrer de façon suffisamment claire qu’il parviendrait d’ici 2011 à atteindre la norme européenne en matière de concentration de particules fines dans l’air. Une demande de la Flandre pour obtenir un délai supplémentaire pour atteindre cette norme avait déjà été refusée en juillet dernier.

« Il y a deux normes », explique la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V). « Il y a une moyenne annuelle, que nous atteignons, et il y a une norme quotidienne. C’est celle-là que nous dépassons. Nous devons maintenant tenter de démontrer que nous avons effectivement pris suffisamment de mesures pour parvenir à atteindre cette norme ».

La ministre (photo) précise que la réprimande reçu de la Commission européenne est une première étape vers une amende. « Mais il y a encore 2 étapes à parcourir dans la procédure. La 2e étape est une sommation par écrit émanant de la Commission européenne, avant que nous puissions éventuellement être traduits devant la Cour européenne de Justice, ce qui pourrait donner lieu à un jugement », précise Joke Schauvliege.

« Mais nous n’en sommes pas encore là. Nous estimons que nous pouvons prouver que nous avons pris suffisamment de mesures et que nous parviendrons à atteindre les normes d’ici 2011 ».

Sept autres pays de l’Union européenne ont également reçu une mise en garde, dans le même domaine, de la part de la Commission européenne.