Toujours pas d’accord pour Bayer Anvers

Les syndicats et la direction de l’entreprise chimique installée dans le port anversois ont quitté ce vendredi soir la table des négociations sans être parvenus à un accord. Leur réunion de conciliation avait duré toute la journée, en présence d’un médiateur social. Les syndicats craignent pour l’avenir de l’entreprise, alors que la direction réclame des sacrifices financiers en échange d’une sécurité d’emploi.

La direction de Bayer Anvers demande notamment aux ouvriers de céder 14 jours de congé, en échange d’une promesse de sécurité d’emploi pour les 5 années à venir et d’investissements. Les augmentations salariales seraient en outre gelées, mais l’indexation des salaires restera de mise.

L’entreprise chimique installée dans le port anversois produit du polycarbonate, qui sert notamment à la fabrication de CDs et DVDs. On assiste néanmoins actuellement, au niveau mondial, à une surproduction de polycarbonate. La direction générale de Bayer, à Leverkusen, doit ainsi décider d’ici peu dans quelle usine elle supprimera une surcapacité d’environ 200.000 tonnes. Anvers pourrait être concernée.

L’usine anversoise emploie 842 personnes. Les syndicats s’inquiètent pour l’avenir de leur entreprise, bien que la direction de Bayer Anvers affirme vouloir maintenir les activités de l’usine.

Il n’est pas encore clair si une nouvelle réunion est prévue entre direction et syndicats.