Leterme rencontre les partenaires sociaux

A la suite des annonces récentes de licenciements importants en Belgique, pour un avenir proche, le Premier ministre recevait ce lundi matin d’urgence des représentants des syndicats pour discuter de la situation économique. Yves Leterme (CD&V) s’est ensuite entretenu l'après-midi avec les organisations patronales.

Rassemblées dès 8h00, ce lundi matin, autour d’une table avec le Premier ministre (photo), les organisations syndicales ont réclamé que le gouvernement réponde avec des mesures concrètes à la vague de restructuration qui devrait toucher prochainement des entreprises telles que DHL, Opel, Bayer et Janssen Pharmaceutica en Belgique.

Selon le Bureau du Plan, la vague de licenciements ne touche de loin pas encore à sa fin. En 2010, un total de 90.000 emplois devrait ainsi encore disparaître en Belgique, estiment les spécialistes. « Les perspectives sont mauvaises et le pire doit encore venir », affirme le président du syndicat chrétien Luc Cortebeeck (photo). « Les perspectives sont surtout mauvaises pour les ouvriers ».

Les syndicats réclament avant tout une meilleure protection des ouvriers. Ils estiment en effet que ces derniers subissent une discrimination par rapport aux employés parce que leur prime de licenciement est moins élevée et leur période de préavis plus courte. « Les choix sont mal faits en Belgique. Quand je regarde ce qu’ils font en Allemagne et en France : ils défendent chaque place de travail ».

A l’issue de la réunion avec le Premier ministre, les syndicats se sont montrés déçus sur ce point. Le gouvernement a en effet renvoyé à la concertation sociale le problème de l’harmonisation des statuts ouvrier-employé, qui englobe la question des préavis pour licenciement, particulièrement courts. Yves Leterme a indiqué qu’il revenait aux partenaires sociaux de se pencher sur l’harmonisation du statut ouvrier-employé.

Ce lundi après-midi, le syndicat socialiste annonçait son intention de manifester, vendredi à 11h00 à Bruxelles, pour réclamer une meilleure protection des travailleurs. Les libéraux se joindront au mouvement, alors que le syndicat chrétien décidera ce mardi s'il participe également à la manifestation.

Prolongation des mesures de crise?

Le Premier ministre recevait ensuite ce lundi après-midi les représentants du patronat.

Ce dernier insiste pour sa part sur l’importance de la compétitivité des entreprises et demande au gouvernement de prendre des mesures pour réduire le handicap salarial des entreprises belges par rapport à leurs collègues dans les pays voisins.

A l'issue de l'entrevue avec Yves Leterme, Pieter Timmermans, le directeur-général de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), affirmait qu'il fallait d'abord "avoir davantage de précisions sur la prolongation des mesures contre la crise" avant que les partenaires sociaux ne puissent discuter du statut des travailleurs.

Selon Karel Van Eetvelt, administrateur-délégué de l'Union des entrepreneurs indépendants Unizo, le Premier ministre attend maintenant un avis des patrons et des syndicats sur ces mesures de crises.