5.000 manifestants pour défendre l'emploi

Le syndicat socialiste manifestait ce vendredi à Bruxelles en vue de réclamer une meilleure protection des travailleurs. Le syndicat libéral s'était joint au mouvement alors que le syndicat chrétien n'y participe pas, ce dernier dit vouloir privilégier la concertation sociale.

Sur le thème "Les travailleurs ne sont pas des Kleenex", le syndicat socialiste appelle à la mobilisation.

Les perspectives d’emploi pour 2010 sont alarmantes: 90.000 pertes d’emplois pourraient s’ajouter en 2010 aux 36.000 de 2009.

Le syndicat réclame notamment un délai de préavis de 3 mois pour les ouvriers soit relevé au même niveau que celui des employés soit 20 mois.

Cette mesure devra améliorer la protection des ouvriers, surtout en cette période de licenciements.

Les syndicats ont rencontré ce lundi le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) mais estime que son appel n’a pas été entendu.
 

Syndicats pas entendus par le Premier ministre

"Après avoir rencontré le Premier ministre lundi matin, force est de constater que le monde du travail n'est pas entendu dans son appel répété en vue d'augmenter la protection des travailleurs, victimes d'une crise dont ils ne sont pas responsables, mais que certains utilisent comme prétexte pour doper les bénéfices des entreprises et conforter leur position sur les marchés financiers", écrit le syndicat socialiste sur son site internet.

Le syndicat dit ne pas pouvoir accepter ces stratégies "indécentes et inacceptables" et appelait donc une manifestation pour vendredi.
 

Le syndicat chrétien ne participe à cette action et tentera encore d’obtenir des avancées via la concertation sociale.
 

Le cortège empruntera alors la rue du Congrès, passera près de la Cathédrale Sainte-Gudule et remontera vers la rue Ravenstein.