Généraliste ostendais pas poursuivi pour meurtre

Un médecin généraliste d’Ostende, qui avait administré entre 2000 et 2005 de la morphine à cinq patients atteints de démence sénile qui étaient décédés peu après, ne sera finalement pas poursuivi pour meurtre. Le généraliste avait été traduit devant la justice par la maison de repos des cinq seniors.

Les cinq patients atteints de démence sénile étaient décédés, entre 2000 et 2005, peu après que le médecin généraliste leur ait administré de la morphine pour soulager leur douleur. A la suite de ces décès qu’elle jugeait suspects, la maison de retraite des cinq patients avait porté plainte contre le médecin traitant.

La Chambre du conseil de Bruges (Flandre occidentale) vient de décider de ne pas poursuivre le généraliste devant un tribunal. Elle estime en effet que le médecin n’avait pas l’intention de pratiquer une euthanasie.

« Le fait est que le médecin a traité les patients contre la douleur. Pareil traitement peut, dans certains cas, réduire la durée de vie, mais le seul but du généraliste a été de soulager les patients de leur souffrance », explique l’avocat du docteur Thierry Vansweefelt.

« Le jugement est très important pour l’ensemble du secteur médical, et en particulier pour le secteur des soins palliatifs. Il y voit en effet la confirmation de son activité entièrement légale et du fait qu’il ne peut être question d’euthanasie. Nous espérons que le nombre de plaintes diminuera maintenant », conclut Vansweefelt.