Les CEO perdent un tiers de leur rémunération

Une étude réalisée par la Vlerick Management School de Louvain et Gand révèle que la rémunération en espèces totale d’un administrateur-délégué d’une entreprise moyenne belge cotée en Bourse a diminué d’environ 540.000 euros en 2008, soit d’environ un tiers par rapport à 2007. Ce sont avant tout les primes liées aux prestations qui ont baissé.

Pour effectuer ses calculs, la Vlerick Leuven Gent Management School a étudié les rémunérations de 99 administrateurs-délégués d’autant d’entreprises belges cotées en Bourse. Les montants portent sur la rémunération totale des CEO, c’est-à-dire sur le salaire avec cotisations patronales ainsi que les primes.

Selon les chercheurs, la baisse de revenu d’environ un tiers n’est pas à imputer à la crise économique et financière. En effet, le salaire fixe des CEO est passé en 2008 de 790.000 à 770.000 euros.

Ce sont donc surtout les primes liées aux prestations qui ont diminué l’an dernier, pour passer d’une moyenne de 870.000 euros en 2007 à 353.000 euros l’an dernier. Alors qu’en 2007 la prime représentait encore près de 40% de la rémunération totale d’un CEO d’entreprise belge moyenne, en 2008 ce pourcentage est retombé à 13%.

L’étude note cependant des différences importantes entre entreprises, certaines ayant totalement supprimé la prime, d’autre ne l’ayant réduite que de 10%. Le salaire du CEO moyen d'une entreprise listée au Bel 20 reste deux fois plus élevé que celui des autres directeurs, et 16 fois plus élevé que celui d'un membre du personnel.