Climat: l’UE débloquera 7,2 milliards d’euros

Réunis à Bruxelles en sommet, les 27 pays membres de l’Union européenne se sont mis d’accord ce vendredi pour dégager ensemble, entre 2010 et 2012, un montant annuel de 2,4 milliards d’euros - soit 7,2 milliards au total - pour financer les premiers efforts d’adaptation des pays pauvres face au réchauffement climatique de la planète. La Belgique contribuera à hauteur de 150 millions d’euros. Les 27 proposent aussi de fixer comme objectif pour 2020 une réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre.

Les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne se sont mis d’accord, ce vendredi midi à Bruxelles, pour dégager collectivement une aide de 7,2 milliards d’euros d’ici 2012 pour aider les pays pauvres - et notamment ceux d’Afrique - à faire face à l’impact du réchauffement de la planète. Il s’agira donc d’une aide annuelle de 2,4 milliards d’euros, en 2010, 2011 et 2012.

Grâce à cet engagement financier, les 27 espèrent favoriser un accord à la conférence internationale de Copenhague sur le climat, qui prendra fin le 18 décembre.

La contribution européenne, dont le montant dépasse ce qui avait été évalué, servira à alimenter un fonds international de l’ordre de 10 milliards de dollars (soit 7 milliards d’euros) par an d’aide d’urgence aux pays pauvres. Une aide envers laquelle le Japon s’est déjà engagé.

Pour le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt (photo), qui préside actuellement à l’Union, cet accord représente une 3e victoire européenne, après l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne et l’élection du Belge Herman Van Rompuy comme premier président du Conseil européen.

Contributions individuelles ?

Les 27 pays membres ne se partageront pas à parts égales le montant annuel de 2,7 milliards d’euros. Ainsi la Grande-Bretagne (880 millions d’euros), la Suède (735 millions) et la France (420 millions) seront les principaux donateurs, juste avant les Pays-Bas (300 millions).

Le Premier ministre belge Yves Leterme (photo) a indiqué que la Belgique contribuera vraisemblablement à hauteur de 50 millions d’euros par an, soit 150 millions d’euros au total. « C’est un montant tout à fait réalisable pour la Belgique », a estimé Leterme, précisant que la provenance de ces montants devra encore être discutée en conseil des ministres.

30% d’émissions en moins d’ici 2020

Les pays de l’UE ont également réaffirmé, ce vendredi, leur proposition de fixer comme objectif pour 2020 une réduction de 30% - et non plus 20% - des émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 1990. « A condition que les autres grands pays développés fassent les mêmes contributions » a précisé Fredrik Reinfeldt.

Les accords passés ce vendredi à Bruxelles par les dirigeants de l’Union seront présentés la semaine prochaine à la conférence sur le climat de Copenhague. L’EU espère que d’autres grandes puissances, et avant tout les Etats-Unis et la Chine, prouveront qu’ils veulent aussi contribuer à l’effort mondial.

L’Union veut aussi faire passer à 20% d’ici 2020 la part d’énergie renouvelable qui sera produite.