Les emplois à la police sont très prisés

Depuis le début de cette année, quelque 12.000 personnes - soit 2.000 de plus qu’en 2008 - ont sollicité un emploi d’aspirant-inspecteur, alors qu’il n’y a que 1.000 postes à pourvoir. Les critères de sélection ont été assouplis, mais ce regain d’intérêt serait plutôt dû à la crise économique qui pousse les citoyens à rechercher un emploi stable au sein de la police.

Selon le quotidien anversois Gazet van Antwerpen, la police aurait reçu cette année quelque 2.000 candidatures supplémentaires, par rapport à 2008, pour le poste d’aspirant-inspecteur. Au total, ce sont au moins 12.000 personnes qui ont ainsi sollicité, alors qu’il n’y aura que 1.000 postes à pourvoir en 2010.

Ce regain d’intérêt pour les emplois proposés par la police provient sans doute partiellement du fait que la ministre de l’Intérieur, Annemie Turtelboom (Open VLD), a assoupli les critères de sélection des futurs policiers. Les candidats inspecteurs sujets aux pieds plats ou qui souffrent de surcharge pondérale (jusqu’à un IMC de 28) ne sont ainsi plus écartés d’emblée.

Le directeur adjoint du service de Recrutement et de Sélection à la police fédérale, Frank Moons, ne pense néanmoins pas que la hausse du nombre de candidatures soit la seule conséquence de la modification des critères de sélection.

« Plus de gens perdent leur emploi en raison de la crise et espèrent décrocher un emploi stable au sein de la police. La procédure est rigoureuse. Seuls 17% des candidats, soit un peu moins qu’en 2008, ont réussi en 2009 l’examen d’entrée », affirmait-il.

En 2010, les polices locales et fédérale devraient engager 2.000 personnes, dont 100 inspecteurs de police, mais aussi des officiers et du personnel civil. En 2009, il y a eu 1.200 recrutements, pour 1.350 embauches en 2008.