Pas d'Eurostar avant mardi

Le trafic des trains de passagers Eurostar reliant la Grande-Bretagne à l'Europe continentale restera suspendu lundi, a annoncé la compagnie dimanche, après une série de pannes survenues sur ses trains en raison de la neige et du froid.

"Eurostar n'assurera aucun service lundi 21 décembre", a déclaré la compagnie dans un communiqué publié dans la soirée sur son site internet.

"Nous regrettons sincèrement d'avoir dû prendre cette décision et comprenons combien les voyageurs seront frustrés et déçus, particulièrement ceux qui attendent depuis deux jours de pouvoir voyager", a ajouté la compagnie.

Eurostar n'a pas été en mesure d'assurer que le trafic de ses trains à grande vitesse, qui relient Londres à Paris et à Bruxelles par le tunnel sous la Manche, serait rétabli mardi.

Mesures de compensation

Eurostar a anoncé des mesures de compensation pour les clients qui ont été bloqués vendredi.

Les voyageurs qui sont resté bloqués vendredi dans l’Eurostar bénéficieront d’une compensation de 170 euros cash.

Ces voyageurs bénéficieront aussi d’un billet aller-retour et obtiendront également le remboursement de leur billet de vendredi.

Ces personnes seront également remboursées de tous les frais occasionnés par ce blocage (hôtel, repas, taxi etc.).

"Nous espérons de la sorte pouvoir quelque peu diminuer les dommages occasionnés à nos clients" a déclaré Bram Smets, l’un de sportes-parole de la société Eurostar.

Dans la nuit de vendredi à samedi, plus de 2.000 personnes ont été bloquées durant 12 heures dans 4 trains Eurostar dans le tunnel sous la manche, aucune nourriture n’était disponible et suite à une coupure de courant l’air conditionné avait été coupé et les wagons étaient plongés dans le noir.

De nombreux voyageurs se sont plaints du manque d’information.
 

Enquête indépendante

Eurostar a commandé une enquête indépendante sur les problèmes que ses trains ont rencontrés ces derniers jours, annonce la société lundi dans un communiqué.
L'enquête sera menée par Christopher Garnett, ancien directeur commercial d'Eurotunnel, et Claude Gressier, Inspecteur général des Ponts et Chaussées. L'enquête commence avec effet immédiat, précise Eurostar dans son communiqué.