Demandes d’asile en hausse de 40%

Cette augmentation est due à une hausse remarquable des demandes simples. Les années précédentes, elle était principalement la conséquence de demandes multiples, introduites par une même personne à plusieurs reprises.

"Le nombre de demandes multiples augmentera aussi cette année mais pas aussi fortement que celles des nouveaux arrivants", affirme Dirk Van den Bulck, le commissaire-général pour les réfugiés et apatrides, dont le service gère les demandes d'asile, il est interrogé dans le quotidien De Standaard.

"Il y a eu de nombreuses nouvelles demandes d'asile, surtout au second semestre de l'année".

"La situation dans certains pays d'origine, comme l'Irak ou l'Afghanistan, est terrible. Renvoyer quelqu'un à Bagdad, nous estimons que c'est impossible. Dans le Caucase aussi, la situation des droits de l'homme est en-dessous de tout. En Tchétchénie, il n'y a officiellement plus de guerre civile mais la persécution des individus a elle fortement augmenté".

"Effet d'aspiration"

Le nombre de demandes est aussi influencé par un "effet d'aspiration", puisque la présence en Belgique d'une certaine communauté a tendance à attirer les membres de celle-ci vers notre pays.

La politique en matière d'asile des autres pays européens n'est pas non plus étrangère à l'évolution du taux des demandes ici.

La plupart des demandeurs d'asile étaient originaires, en 2009, d'Afghanistan (9,7%), de Russie (9,3%), d'Irak (8,1%) et de Guinée (6,1%).

1.887 demandeurs d'asile ont obtenu un statut de réfugié, 416 un titre de séjour temporaire.