L’UE convoque l'ambassadeur du Congo

La nouvelle responsable de la diplomatie de l’Union européenne, la Britannique Catherine Ashton, convoquera au début de la semaine prochaine l’ambassadeur du Congo auprès de l’UE, à propos de la polémique née entre la RDC et le Commissaire européen Karel De Gucht.

C’est le Commissaire européen au développement, Karel De Gucht (photo), qui annonçait lui-même ce jeudi la convocation prochaine de l’ambassadeur du Congo, alors qu’il était l’invité de l’émission « Terzake » de la chaîne de télévision publique flamande Canvas.

Le point de vue écrit de la Commission européenne devait être transmis ce vendredi aux autorités congolaises.

En cause, la réaction de Kinshasa à l’analyse de la situation dans l’est de la République démocratique du Congo effectuée mi-décembre dernier par Karel De Gucht au Parlement européen à Strasbourg. Le Belge y déplorait la crise humanitaire en RDC et « l’énorme gâchis qu’est devenu depuis près d’une vingtaine d’années la RDC ». Kinshasa a déclaré De Gucht persona non grata au Congo et affirmé que les propos du Commissaire européen étaient « déplacés, méprisants et probablement racistes ».

Ce jeudi, la Commission européenne apportait son « soutien total » à son Commissaire belge, affirmant que ce dernier n’avait pas exprimé son avis personnel mais celui de l’entièreté de la Commission.

Refuser une « politique défaitiste »

Egalement invité dans l’émission « Terzake » de ce jeudi soir, le ministre belge des Affaires Etrangères Steven Vanackere (CD&V, photo) insistait sur l’importance de la communication entre les deux pays et le rôle particulier de la Belgique envers la République démocratique du Congo.

Vanackere doit se rendre le 18 janvier en visite en RDC. Malgré la situation dans le pays africain, la Belgique n’a pas l’intention de toucher à l’aide au développement, destinée avant tout à aider la population congolaise.

Le ministre belge affirme aussi refuser une « politique défaitiste », tout en se défendant de se montrer naïf par rapport à la situation en RDC. Steven Vanackere estime possible que le roi Albert II se rende au Congo à l’occasion de la célébration des 50 ans de l’indépendance du pays, « mais évidemment à l’invitation du Congo » et dans un climat de relations favorable.