Michel Daerden au cœur d’une nouvelle polémique

Le ministre fédéral des Pensions Michel Daerden (PS) est à nouveau au coeur d'une polémique, les nationalistes flamands de la N-VA ont réclamé sa démission car ils estiment qu'il était ivre lors d'une intervention devant le Sénat.

La Nieuw- Vlaamse Alliantie (N-VA) a demandé la démission de Michel Daerden, jugeant son comportement au Sénat "inacceptable".

"Il apparaît avoir trop bu et a vraiment tenu des propos d'ivrogne", a estimé le président de la N-VA, Bart De Wever.

"Si un employé quelconque arrivait à son boulot dans une telle condition et assistait à une réunion importante dans une telle condition, on le renverrait immédiatement. Pourquoi est-ce que ce serait différent pour un ministre?", s'est-il interrogé.

Lors de cette intervention jeudi, le débit du ministre est apparu saccadé et hésitant, mais son cabinet a contesté formellement les accusations de la N-VA.

"Il a présenté, dans le style qu'on lui connaît, totalement en néerlandais, une réponse de qualité minutieusement préparée et ce, dans un parfait état de sobriété", a-t-il souligné dans un communiqué.

Le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) a rappelé samedi que "tous les ministres ont le devoir de remplir les fonctions qui leur sont confiées avec dignité".

"C'est à mourir de rire"

Il n'y a pas d'alcool, il n'y a pas de moquerie, simplement la volonté de bien faire", a dit Michel Daerden. "Qu'est-ce qu'elle veut, la Flandre ? Que les ministres francophones parlent néerlandais. J'ai fait toute ma réponse en néerlandais. Et après ça, on dit que je suis saoul. C'est à mourir de rire", estime Michel Daerden.

Le président du PS Elio Di Rupo soutient son ministre. "Il s'est exprimé de manière habituelle. Cela n'a rien à voir avec l'alcool", affirme Elio Di Rupo. "Car tous les échos que j'ai eu à cet égard tendent à montrer que c'était une réponse tout à fait normale". Pour le PS, toute cette polémique n'est qu'une tempête dans un verre d'eau.

Michel Daerden, socialiste liégeois de 60 ans, ministre régional ou fédéral depuis une quinzaine d'années, est célèbre pour ses frasques lors d'interventions publiques.

Il était devenu une star d'internet lors des élections communales  de 2006, où il était apparu manifestement éméché. Interrogé alors pour savoir s'il était saoul, il avait donné une réponse restée célèbre: "Pas plus que d'habitude".

Depuis, il a largement capitalisé sur cette image de "clown de la politique", au grand dam de ses détracteurs, particulièrement nombreux en Flandre.

Dernièrement, il a fait parler de lui en posant en Jules César en compagnie de sa fille dans le rôle de Cléopâtre pour l'édition belge du magazine Paris-Match. (avec Belga et AFP)