AB InBev lève les licenciements annoncés

Au cours de la troisième réunion de conciliation, organisée ce jeudi après-midi par les médiateurs sociaux, la direction du géant brassicole a accepté de retirer son plan de restructuration, prévoyant notamment la suppression de 300 emplois en Belgique. Les syndicats annoncent la levée des blocages d’usines, qui duraient depuis deux semaines.

C’est au ministère du Travail qu’avait lieu, ce jeudi, la troisième réunion de conciliation pour tenter de lever le conflit social qui fait rage depuis deux semaines au sein de l’entreprise brassicole AB InBev.

Les médiateurs sociaux ont proposé à la direction du groupe de revenir sur les licenciements annoncés au sein de l’entreprise, en échange de la levée des blocages de plusieurs usines d’InBev, pour permettre à nouveau un large dialogue social. La direction a finalement accepté de lever les licenciements collectifs de 300 personnes annoncés. Elle a également accepté de payer leur salaire aux membres du personnel, pour ces mercredi et jeudi.

De leur côte, les syndicats promettent de lever les blocages de trois usines InBev endéans les deux jours. Les blocages devraient donc avoir disparu d’ici vendredi 22 janvier à midi. Après consultation de la base, la production devrait pouvoir être relancée.

L’action de grève au sein d’InBev Belgique - pour protester contre les pertes d’emplois annoncées - aura duré deux semaines. La direction avait réagi mercredi en mettant son personnel au chômage technique.

La proposition de conciliation des médiateurs sociaux prévoit que direction et syndicats reviennent à la table pour mener des négociations constructives et sereines au sujet de l’avenir du géant brassicole en Belgique.

Page blanche et absence de pression

Les syndicats se sont déclarés très positifs à propos de l’accord. « Nous avons une proposition solide en poche », commentait le syndicat chrétien CSC. « C’est une belle victoire » ajoutait le syndicat socialiste.

« La proposition de la direction signifie que nous pourront aller discuter avec elle, avec une feuille blanche, d’un nouveau plan industriel », déclarait Luc Gysemberg de l’ACV. Selon ce dernier, il a été convenu de se laisser « le temps nécessaire ». Les négociations auront en outre lieu en présence de la direction européenne.

Ce jeudi soir et vendredi, des réunions de personnel sont prévues. Les syndicats conseilleront au personnel d’accepter la main tendue par la direction d’InBev Belgique.