Aux usines d’InBev les barrages sont levés

Comme convenu jeudi avec la direction du groupe brassicole belgo-brésilien AB InBev, au cours de la troisième réunion de conciliation, les syndicats ont levé ce vendredi vers 15h00 les blocages des usines de Louvain, Jupille et Hoegaarden. Les matières premières sont à nouveau livrées aux usines et InBev veut immédiatement reprendre la livraison de bière aux commerces.

Ce jeudi, lors de la réunion de conciliation avec les médiateurs sociaux, la direction du géant brassicole a accepté de retirer son plan de restructuration, qui prévoyait notamment la suppression de 300 emplois en Belgique. Elle y mettait néanmoins une condition : que les blocages des usines de Louvain, Jupille et Hoegaarden, qui duraient depuis le 7 janvier dernier, soient levés ce vendredi après-midi.

Les syndicats ont donc tenu parole. “Cette nuit nous avons présenté à l’équipe de nuit l’accord conclu jeudi avec la direction. Et la même chose se produira encore à 13 et 14h00, pour les équipes du matin et de l’après-midi », expliquait ce matin Alex Van Cauwenbergh du syndicat chrétien. « Ensuite les barrages seront levés ».

La direction du groupe brassicole veut reprendre immédiatement la livraison de bière après la levée des blocages. Le conflit social et l’absence d’approvisionnement a en effet épuisé les réserves de bières d’InBev dans la plupart des supermarchés et des cafés.

Les usines distribueront donc ce vendredi leurs réserves actuelles de Stella, Jupiler et Hoegaarden, pour approvisionner autant de clients que possible. Dans le meilleur des cas, les livraisons n’arriveront cependant que demain chez les clients.

Reprise des négociations sociales

L’accord de jeudi a donc mis un terme au conflit social chez AB InBev. Le plan de restructuration a été retiré et il n’y aura pas de licenciement collectif. La direction a aussi accepté de payer au personnel les salaires de ces mercredi et jeudi, alors qu’elle avait à l’origine annoncé une période de chômage technique.

L’accord ne signifie cependant pas que tous les problèmes sont effacés. De nouvelles négociations doivent en effet avoir lieu à propos d’un plan industriel pour les activités d’AB InBev en Belgique.

Ces négociations auront lieu en concertation avec la direction européenne du groupe brassicole. Aucune date limite n’a été fixée pour ces négociations.