L’équipe B-Fast est rentrée en Belgique

Une équipe de 33 membres de B-Fast a atterri ce lundi vers 18h45 à l’aéroport militaire de Melsbroek. L’Airbus de l’armée belge ramenait également 13 enfants haïtiens adoptés par des familles belges, ainsi que des ressortissants belges vivant en Haïti et des journalistes. Entretemps, l’Union européenne a décidé d’envoyer 300 agents de police dans le pays sinistré.

Dépêchée vers Haïti deux jours après le tremblement de terre dévastateur, la première équipe B-Fast d’une trentaine de personnes a été relevée il y a quelques jours par une seconde équipe. Les secouristes rentrés en Belgique estiment que leur mission a été très utile sur le terrain, mais même les plus expérimentés d’entre eux se sont avoués sous le choc de ce qu’ils ont vécu.

« Je pense avant tout aux enfants. C’est ce qui fait le plus mal. Et puis les gens se sont montrés si reconnaissants envers nous. Ils répriment leur douleur pour vous dire merci », se souvient l’un des secouristes.

« Chacun de nous a connu des moments difficiles, a pleuré, s’est senti seul, mais nous formions une super équipe. Personne n’a été exclu un seul moment du groupe », affirme, satisfait, le chef de la mission, Ronald Ackermans.

L’Airbus de l’armée belge ne ramenait pas que les 33 membres de B-Fast, mais aussi 13 enfants qui ont été adoptés par des familles belges. Trois d‘entre eux vivront dans des familles flamandes, les 10 autres dans des familles francophones. Il s’agit d’enfants pour qui la procédure d’adoption avait été entamée avant le 12 janvier. Cette procédure a été accélérée à la suite du dramatique tremblement de terre.

La plupart des rencontres entre les enfants et leur famille adoptive ont eu lieu loin des caméras et micros de la presse. Les membres de B-Fast ont confirmé que les enfants étaient en bonne santé. Ces derniers ont fait un long voyage depuis Port-au-Prince. Ils ont d’abord dû rallier Saint-Domingue, la capitale de la République Dominicaine où les attendait l’Airbus, avant d’effectuer un vol de près de 12 heures avec une escale au Canada.

L’Union européenne envoie 300 agents de police

A la demande des Nations Unies, l’Union enverra quelque 300 agents de police en Haïti. Les ministres européens des Affaires Etrangères, rassemblés à Bruxelles, se sont mis d’accord à ce sujet. La France et l’Italie enverront chacune une centaine d’agents, les Pays-Bas une soixantaine.

L’UE n’a par contre pas l’intention de simplifier la procédure d’adoption d’enfants haïtiens. Elle ne s’oppose cependant pas à l’accélération de procédures déjà lancées avant le 12 janvier, comme cela a été fait par la Belgique et les Pays-Bas.

Entretemps, le chiffre officiel des victimes du séisme se situe au-dessus de 150.000 morts. Quelque 3 millions de personnes ont été blessées ou ont perdu leur habitation. Rien que dans la capitale Port-au-Prince, plus de 600.000 habitants n’auraient plus de toit. L’aide médicale, la nourriture et l’eau restent essentielles pour la population rudement touchée.

Les Affaires Etrangères indiquent que quatre Belges n’ont encore toujours pas pu être localisés depuis le séisme du 12 janvier en Haïti. Quelque 226 autres compatriotes ont par contre bien été localisés; 122 d’entre eux ont entretemps quitté le pays sinistré.

Le corps d’un Belge a été retrouvé sous les décombres.

Le Centre de crise des Affaires Etrangères, qui avait été ouvert au lendemain du séisme, a maintenant été fermé. Les personnes qui auraient encore des questions à propos de personnes portées disparues peuvent contacter le numéro de téléphone 0032 (0)2 501.81.11.