Ouverture du procès de la cellule belge d’Al-Qaeda

Le procès contre Malika El-Aroud et huit autres suspects qui auraient monté en Belgique une cellule d’Al-Qaeda s’est ouvert ce mardi devant la 49e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles. Il ne s’agissait cependant que d’une audience d’introduction pour fixer l’agenda. Le procès en lui-même débutera le 8 mars prochain, et devrait durer trois semaines.

La cellule belge d’Al-Qaeda avait été démantelée en décembre 2008. Quatorze personnes avaient été interpellées à l’époque, à la suite de 16 perquisitions.

Neuf personnes sont maintenant appelées à comparaître en correctionnel à Bruxelles. La principale prévenue et figure de proue de la cellule belge est Malika El-Aroud (image), la veuve d’un kamikaze qui était impliqué dans l’assassinat du commandant afghan Ahmed Shah Massoud, au début de septembre 2001, juste avant les attentats spectaculaires commis aux Etats-Unis.

Le conjoint actuel de la prévenue, Moez Garsaloui, serait un formateur de terroristes en Afghanistan. Le parquet fédéral soupçonne Malika El-Aroud et son époux d’avoir enrôlé à Bruxelles de jeunes musulmans prêts à partir pour l’Afghanistan.

Les 9 prévenus sont en prison, mais n’étaient pas présents à l’audience de ce mardi. Le mari d’El-Aroud est encore en fuite et se trouverait en Afghanistan.

Selon l’un des avocats, la cellule n’aurait pas eu l’intention de commettre des attentats, mais bien de lutter en Afghanistan contre les Américains et leurs alliés. Lutter dans un conflit à l’étranger n’est pas puni par la loi belge, mais bien le fait d’enrôler autrui pour participer à pareil conflit.

L’audience de ce mardi n’a servi qu’à fixer l’agenda. Le procès débutera réellement le 8 mars prochain. Il devrait durer environ trois semaines.