Face au racket une école d’Anderlecht déménage

Les étudiants de l'Institut supérieur industriel de Bruxelles (ISIB) suivront désormais tous les cours dans l'entité de la rue royale à Bruxelles. Depuis deux mois, ces étudiants, futurs ingénieurs industriels sont victimes de racket sur le chemin de l'école à Anderlecht. Le directeur de l'institut a décidé de donner un maximum de cours sur l'autre entité, rue royale à Bruxelles.

Les étudiants de l'Institut supérieur industriel de Bruxelles (ISIB) suivront désormais tous les cours dans l'entité de la rue royale à Bruxelles. Ils ne rejoindront la rue des Goujons à Anderlecht que pour les travaux pratiques, l'après-midi. Les déplacements en transports en commun s'effectueront uniquement en groupe. 

La décision a été prise par le directeur de l'établissement François Debast. Depuis le début du mois décembre, ses étudiants ont été victimes de pas moins de 25 agressions, avec plaintes enregistrées à la police, aux alentours de l'institut et de la station de prémétro Lemonnier.

Le modus operandi est toujours le même: plusieurs jeunes menacent un étudiant en le plaquant contre un mur et lui glissent un couteau sous la gorge pour lui voler argent, gsm, balladeur MP3 ou autre objet de valeur.

Trois individus arrêtés

Mercredi, la police de Bruxelles-Midi a interpellé trois individus, un majeur et deux mineurs, reconnus formellement par des victimes de faits de racket commis aux alentours de l'Institut Supérieur Industriel de Bruxelles.
Une présence policière renforcée avait été mise en place afin de sécuriser les abords de l'école.

Le 20 janvier, la police avait pris connaissance de deux nouveaux faits.

Le 25, les suspects avaient été repérés par des policiers au métro Clémenceau. Malgré leur comportement suspect, ils n'avaient commis aucune infraction et n'avaient donc pas été inquiétés.

Deux jours plus tard, les policiers ont procédé à leur interpellation pour identification. Lors de la fouille, un couteau a été retrouvé sur l'un des deux mineurs.