La mission belge au Kosovo se termine

L’armée belge a annoncé la fin prochaine de plus de dix ans de présence au Kosovo, une ancienne province serbe devenue le plus jeune État européen, avec le retour début février du gros de son contingent de la force de paix dirigée par l’OTAN et des derniers militaires fin mars.

La Belgique affectait encore une compagnie renforcée -soit 205 hommes et femmes- à la force de l'OTAN, la KFOR, contre 1.200 à l'apogée de cette opération, entamée en juin 1999.

Le gros du contingent, soit 130 militaires, reviendra mardi prochain à l'aéroport militaire de Melsbroek, a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué.

Ce retour signifiera la fin de la participation belge à la KFOR, plus de dix ans après l'arrivée des premiers militaires, en août 1999, dans le nord de ce qui était alors une province serbe.

Depuis lors, le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance, le 17 février 2008, et celle-ci a été reconnue par 65 pays, dont les Etats-Unis et 22 des 27 Etats de l'Union européenne, y compris la Belgique.

Installations rapatriées en Belgique

Les installations occupées par le contingent belge de la KFOR à Mitrovica seront entièrement démantelées sur place dans le courant du mois de février et rapatriées en Belgique par plusieurs convois routiers.
Le principe du retrait belge du Kosovo avait été approuvé fin décembre par le gouvernement, mais les modalités restaient à définir en concertation avec la France, qui commande le secteur nord du Kosovo.
L'OTAN a décidé en juin dernier de réduire en janvier 2010 d'un tiers les effectifs de la KFOR, qui était alors d'environ 13.500 hommes, contre 40.000 en 1999.