A Davos, Leterme promeut la Belgique

Le Premier ministre belge participe depuis jeudi soir au Forum économique mondial dans la station suisse de sports d’hiver. Il y est accompagné par le ministre des Affaires Etrangères Steven Vanackere (CD&V), mais aussi par le Commissaire européen Karel De Gucht. Yves Leterme entend profiter de la présence à Davos de nombreuses personnalités et investisseurs étrangers pour établir des contacts bilatéraux et tenter de convaincre des investisseurs étrangers de s’établir en Belgique.

« Je suis ici pour trois raisons », déclarait jeudi soir à son arrivée à Davos le Premier ministre belge. « Tout d’abord, nous voulons représenter la Belgique et entretenir de bonnes relations avec le Forum économique mondial (WEF). Les 10 et 11 mai, nous organisons en effet à Bruxelles le Forum régional du WEF pour l’Europe ».

« Deuxièmement, nous établissons de nombreux contacts bilatéraux et le WEF est très efficace à cet égard. Le monde entier est ici », poursuivait Yves Leterme (CD&V), qui devait rencontrer vendredi des représentants des entreprises Nike, Liberty Global (principal actionnaire de Telenet Vlaanderen) et de Hewlett-Packard.

« Et en troisième lieu, il y a le dîner avec des investisseurs, vendredi midi. Quelque 75 dirigeants d’entreprises investissant dans notre pays ou désireux de le faire seront présents. Avec eux aussi le prince Philippe et la princesse Mathilde, le gouverneur de la Banque nationale Guy Quaden, le Commissaire européen Karel De Gucht et le ministre des Affaires Etrangères Steven Vanackere », précisait Leterme.

Convaincre les investisseurs étrangers

Lors de ce dîner, vendredi, le Premier ministre a résumé les actions entreprises par les autorités belges pour lutter contre les conséquences de la crise économique et financière. Il a ainsi cité les mesures anticrises adoptées, ainsi que le nouveau programme de stabilité budgétaire, qui devrait permettre à la Belgique de ramener d’ici 2012 son déficit budgétaire à 3% du produit intérieur brut. « Mon ambition est que 2010 devienne l’année du redressement », a affirmé Yves Leterme.

Tant le Premier ministre que le ministre des Affaires Etrangères, Steven Vanackere, ont présenté aux investisseurs étrangers les atouts de la Belgique et envisagé avec eux des solutions sur mesure pour leurs investissements.

Le Belge Karel De Gucht (photo) a également pris la parole au cours du dîner de vendredi. Actuellement encore Commissaire européen de la Coopération au développement, De Gucht recevra le lourd portefeuille européen du Commerce si la nouvelle commission de José Manuel Barroso est approuvée par le Parlement européen en février.

Karel De Gucht s’exprimait pour la première fois au sujet de l’Union européenne et du commerce, et a notamment mis en garde contre ce que les experts appellent un « double dip », c’est-à-dire une rechute de l’économie dans une récession après une courte période de nouvelle croissance.

Le commissaire européen a souligné que le commerce est essentiel pour atteindre et maintenir la prospérité. Et il a estimé que la croissance économique au sein de l’Union européenne est notamment dépendante des formules bilatérales.