Les Belges évacués du Machu Picchu

Tous les touristes qui étaient restés bloqués depuis dimanche dernier dans un village à proximité des ruines de la citadelle Inca du Machu Picchu ont pu être évacués. Parmi eux figuraient onze Belges. Ils ont dû être libérés avec des hélicoptères parce que la voie de chemin de fer reliant le site touristique à Cuzco était complètement bloquée par des éboulements.

Les environs des célèbres ruines Inca du Machu Picchu avaient été touchés ces derniers temps par de grosses pluies - les plus importantes que la région ait connues depuis 15 ans. Les chutes d’eau avaient entraîné des glissements de terrain et des coulées de boue. Des éboulements avaient d’autre part complètement bloqué la voie ferrée reliant le village d’Aguas Calientes - situé au pied du site touristique le plus visité d’Amérique latine - et Cuzco, la plus grande ville de cette région du Pérou.

Entre 2.500 et 3.000 touristes étaient ainsi restés bloqués à Aguas Calientes, depuis dimanche dernier. Parmi eux, se trouvaient onze Belges.

Pendant toute une semaine, l’armée péruvienne a évacué les touristes à l’aide d’hélicoptères. Elle a reçu l’assistance de plusieurs hélicoptères américains, qui ont libéré les touristes venus des Etats-Unis.

Ce samedi, le porte-parole du ministère belge des Affaires Etrangères, Bart Ouvry, a confirmé que les onze Belges bloqués au Pérou ont tous été évacués. Ils devraient rentrer bientôt en Belgique. Plusieurs compagnies aériennes ont fait savoir que les touristes qui ont perdu leur vol à la suite de leur mésaventure peuvent effectuer un « check in » sur le premier vol disponible, s’il reste des places libres.

Entretemps, le ministère belge des Affaires Etrangères recommande la prudence aux touristes qui se rendent au Pérou. Le gouvernement régional de Cuzco a d’ailleurs déclaré l’état d’urgence pour deux mois. C’est environ le temps qu’il faudra pour réparer la voie ferrée entre Aguas Calientes et Cuzco.

Les Affaires Etrangères déconseillent également des visites de la région de Puno et du Lac Titicaca. Pour des voyages en février et mars, elles conseillent de ne visiter que la région de la côte et la ville d’Arequipa, située sur les flancs de la partie occidentale de la Cordillère des Andes.