L'hôpital de campagne B-Fast pillé en Haïti

Une dizaine d’Haïtiens ont dérobé des paquets de nourriture qui se trouvaient dans l’hôpital de campagne de l’équipe belge de secours d’urgence B-Fast.

L’hôpital de campagne avait été installé peu après le tremblement de terre qui avait secoué la capitale haïtienne Port-au-Prince et ses environs. Il a durant un certain temps été protégé par des forces spéciales belges et américaines.

Le pillage a eu lieu alors que l’hôpital venait d’être cédé à une équipe venue de Porto Rico. "Nos équipes n'étaient à ce moment-là plus sur place. Elles étaient déjà sur le chemin du retour, mais elles ont entendu la nouvelle", indique B-Fast.

Ce sont principalement des paquets de nourriture qui ont été dérobés. Le matériel médical était stocké dans une armoire fermée à clé et n'a donc pas été volé.

Entre temps, le chiffre officiel du nombre de morts s’élève à 212.000, alors que des corps continuent d’être retrouvés sous les décombres. Les risques d’épidémies restent elles-aussi très importantes.

Va-et-vient des secouristes belges

Les 27 membres de l'équipe B-Fast qui se trouvaient en Haïti. Trois membres de B-Fast sont partis en Haïti mercredi matin afin de renforcer une équipe médicale internationale.

"D'ici au 15 février, les trois personnes qui sont parties mercredi devraient recevoir les renforts de cinq collègues", a indiqué Geert Gys, coordinateur de B-Fast. "Nous envoyons les gens via un système de rotation et sur base des besoins en Haïti", a-t-il ajouté.

Les nouveaux membres de B-Fast vont être intégrés dans une équipe médicale internationale dans laquelle les ficelles sont principalement tenues par l'Allemagne.