Un 1er sommet européen loin de la presse

Le premier sommet européen de l'ère Herman Van Rompuy, jeudi à Bruxelles, se tiendra à l'écart des journalistes dans le but de redonner, selon le vœu de l'ancien premier ministre belge, un caractère informel à ces réunions des chefs d'Etat et de gouvernement.

Les 27 dirigeants doivent se retrouver vers 10h15 dans la bibliothèque Solvay (photo), un bâtiment classé du XIXe siècle situé au coeur d'un parc, qui sera rigoureusement fermé au public et aux journalistes.

Ils siègeront seuls autour de la table, sans ministre ou collaborateur. Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, avait déjà innové en ce sens lors du précédent sommet de décembre.

Le premier présidence permanent de l'UE souhaite ainsi donner un caractère moins formel, voire "intime" à la rencontre. Dans son esprit, les chefs d'Etat et de gouvernement pourront discuter librement entre eux sans souci du protocole.

La presse sera quant à elle cantonnée dans le bâtiment qui abrite habituellement les sommets de ce type, à environ 500 mètres du lieu de la réunion. Pas question pour les journalistes, contrairement à l'habitude, de pouvoir recueillir les déclarations des dirigeants à leur arrivée.

Moins d'une quinzaine de photographes et cameramen auront la possibilité de prendre des images du début de la rencontre. Ils seront accompagnés jusqu'à la bibliothèque puis ramenés au centre de presse dans une navette officielle.

Ce n'est qu'à l'issue du sommet que les chefs d'Etat et de gouvernement se déplaceront pour parler à la presse.

Depuis sa nomination, le 19 novembre, M. Van Rompuy a fait preuve d'une certaine défiance à l'égard des médias, n'accordant que de très rares interviews et ne participant qu'à un nombre limité de conférences de presse.