Des ex-ministres contre les armes nucléaires

Les deux anciens Premier-ministres Jean-Luc Dehaene (CD&V) et Guy Verhofstadt (Open VLD) et les anciens ministres Louis Michel (MR) et Willy Claes (SP.A) publient ce vendredi une carte blanche dans les quotidiens belges Le Soir, De Standaard et Het Nieuwsblad. Ils y plaident en faveur du retrait des armes nucléaires d’Europe et donc aussi de la base militaire de Kleine-Brogel, dans le Limbourg.

Sans exagérer, on peut considérer comme une Première le fait que quatre anciens ténors de la politique belge se rallient derrière une même idée et publient à son sujet une carte blanche dans trois grands quotidiens belges. Cette carte blanche est notamment une initiative de Tom Sauer, professeur de politique internationale à l’Université d’Anvers.

Jean-Luc Dehaene, Guy Verhofstadt, Louis Michel et Willy Claes (qui fut aussi Secrétaire général de l’Otan) y plaident en faveur d’une Europe dépourvue d’armes nucléaires. Ils demandent le retrait des armes nucléaires américaines stationnées en Europe, et notamment sur le domaine militaire de Kleine-Brogel (province du Limbourg). Officieusement, entre 10 et 20 armes nucléaires y seraient conservées.

L’appel des quatre personnalités politiques de partis différents est d’autant plus surprenant que deux d’entre eux ont été au pouvoir il y a près de 30 ans, à l’époque où les armes atomiques ont été placées en Belgique.

Les grandes manifestations des années 1980 contre les armes nucléaires étaient donc dirigées contre ces hommes politiques et leur parti (photo).

Important virage

« On peut effectivement parler d’un virage », reconnait l’ancien ministre belge des Affaires Etrangères et ancien Secrétaire général de l’Otan. Mais Willy Claes (SP.A) parle avant tout « d’une constatation lucide que le principe de non-prolifération d’armes nucléaires n’est plus tenable ».

« Les armes nucléaires tactiques américaines en Europe ont perdu toute importance militaire », écrivent les anciens ministres dans leur carte blanche, ajoutant que « l’engagement du président américain Barack Obama en vue d’éliminer toutes les armes nucléaires mérite un soutien urgent ».

« Nous appelons notre gouvernement à suivre l’exemple du gouvernement allemand et à plaider au sein de l’Otan pour un retrait rapide des armes nucléaires », écrivent encore les quatre personnalités politiques.

Inspirés par Obama

Les quatre ex-ministres estiment que le monde devient de plus en plus dangereux parce qu’un nombre croissant de pays rassemblent des armes nucléaires. Ils trouvent que la Belgique doit donner l’exemple et se débarrasser des armes atomiques stationnées sur son territoire.

« Il ne reste qu’une voie », affirme Willy Claes. « A savoir l’élimination totale, sous contrôle, de l’arsenal atomique international, pour protéger les générations futures contre le danger d’affreuses confrontations ».

Les quatre hommes politiques se disent encouragés par la politique du président américain Barack Obama, qui plaide en faveur d’un monde dépourvu d’armes nucléaires.

Les mouvements pacifistes réagissent de façon positive à l’appel des quatre personnalités politiques belges. Ce plaidoyer prend tout son sens alors que se prépare un sommet sur la sécurité nucléaire. Selon les pacifistes, la Belgique pourrait y jouer un rôle novateur.