L’enquête sur le meurtre de Van Uytsel analysée

Le directeur général de la police fédérale, Paul Van Thielen, a demandé une enquête interne sur le travail réalisé par les enquêteurs de la police fédérale chargés de la disparition d’Annick van Uytsel en 2007. A l’époque, le nom de Ronald Janssen (photo principale) avait été cité. Cette piste pourrait n’avoir pas été suffisamment investiguée.

Annick Van Uytsel (photo) disparaissait le 27 avril 2007 après avoir assisté à une fête et avoir pris le chemin du retour à vélo. Elle ne rentrait jamais chez ses parents. Sept jours plus tard, son corps était retrouvé. Ce n’est qu’au tout début de cette année 2010 que le mystère sur son assassinat était levé, après le meurtre d’un jeune couple à Loksbergen.

Ronald Janssen, un enseignant d’une quarantaine d’années et voisin de la jeune femme assassinée le 1er janvier dernier, avouait avoir également tué Annick Van Uytsel en avril 2007. Il reconnaissait d’ailleurs d’autres délits à caractère sexuel.

Au printemps 2007, après la disparition de l’étudiante de 18 ans, la police avait reçu 1.500 renseignements, dont l’un portait sur Ronald Janssen. L’information restait cependant vague et n’avait, apparemment, pas de lien direct avec la disparition d’Annick Van Uytsel. Janssen résidait pourtant à Halen, la localité d’où Annick avait émis un dernier signe de vie via son GSM.

Procès-verbal et tensions à la police fédérale

Jusqu’à présent, la police fédérale avait affirmé que les informations reçues en 2007 sur Ronald Janssen n’auraient pas permis de le démasquer. Certaines voix se sont cependant élevées pour affirmer que l’information était plus concrète qu’on ne l’avait jusqu’ici prétendu, sous forme d’un véritable procès-verbal indiquant que Ronald Janssen était un homme qui assistait souvent à des fêtes avec des jeunes filles.

Le document indiquait aussi qu’il se serait montré violent avec des partenaires. Un enquêteur aurait voulu, à l’époque, interroger Janssen. Son supérieur l’en aurait cependant empêché. L’affaire aurait créé des tensions à la police fédérale de Louvain (Brabant flamand). C’est la raison pour laquelle le directeur général de la police fédérale, Paul Van Thielen (photo), souhaite faire la lumière sur l’enquête menée en 2007.

Il a chargé un ancien directeur de la police fédérale de Gand (Flandre orientale) de s’entretenir avec les enquêteurs concernés, et de rédiger un rapport pour la direction de la police fédérale et le procureur.

Il ne s’agit pas d’une enquête à caractère disciplinaire, mais plutôt d’entretiens, dont les réponses resteront confidentielles. Van Thielen veut voir si des leçons peuvent être tirées de l’enquête, ainsi que des propositions d’amélioration des méthodes de travail.

Le directeur général de la police fédérale espère aussi apprendre pourquoi Ronald Janssen n’a jamais été interrogé et pourquoi la piste Janssen n’a pas été suivie en 2007.