Carrefour: grève moins suivie en Flandre

De nombreux magasins Carrefour n'ont pas ouvert leurs portes ce mercredi matin après l'annonce, la veille, d'une lourde restructuration du groupe. La contestation était toutefois nettement plus vive en Wallonie et à Bruxelles qu'en Flandre, où peu de magasins sont restés portes closes, selon des sources syndicales.

Si les hypers de Bruges et Courtrai sont partis en grève, plusieurs magasins situés en province d'Anvers ou en Flandre orientale ont en revanche ouvert leurs portes, de même que des magasins de la province du Limbourg, où les salariés du groupe travaillent avec une cocarde noire sur leur uniforme.

En Wallonie et en région bruxelloise, le mouvement est nettement plus dur.

Selon le porte-parole du distributeur, les hypermarchés de Drogenbos, Leeuw-Saint-Pierre, Strombeek, Berchem-Sainte-Agathe, Mont-Saint-Jean, Crainhem, Zwijnaarde, Eupen, Boncelles, Ans, Belle-Ile, Marche-en-Famenne, Haine Saint-Pierre, Gosselies, Jumet, Casteau, Mouscron, Mons et Jambes sont fermés.

Il en va de même pour un grand nombre de supermarchés à Bruxelles.

La situation à l'hyper d'Auderghem n'était mercredi matin pas clarifiée, le personnel y étant en assemblée générale.

Carrefour précise toutefois que le mouvement ne touche que ses magasins en gestion propre, les quelque 500 franchisés étant, eux, bel et bien ouverts ce mercredi.

Plan de restructuration

La direction de Carrefour Belgique a annoncé mardi un important plan de restructuration, impliquant notamment la fermeture de 21 magasins, le licenciement de près de 1.700 travailleurs, la "franchisation" de plusieurs magasins, ainsi qu'un changement de commission paritaire pour le personnel, lequel jouira de barèmes moins avantageux.