Hommage national aux victimes de Buizingen

Le premier ministre Yves Leterme, le prince Philippe, et les principaux ministres et personnalités du pays assistaient ce samedi, au Palais des Beaux-Arts, à Bruxelles, à une cérémonie nationale d'hommage aux victimes de la catastrophe ferroviaire de Buizingen, dans l'entité de Hal, qui a fait 18 morts, et un enfant mort-né, ainsi que plus de 150 blessés le 15 février dernier.

Le premier ministre Yves Leterme a assuré samedi les proches des victimes de la catastrophe de la compassion des forces vives de la nation.

La "nation toute entière" est touchée, a indiqué Yves Leterme évoquant le "deuil d'un pays".

S'adressant à un parterre laissé quasi vide par les proches des victimes, le Premier ministre a souligné que si les mots faisaient défaut dans ce genre d'événements, et ne peuvent guérir les blessures, ils peuvent "consoler et réchauffer les coeurs".

Yves Leterme a remercié le travail des sauveteurs, des services de secours et de sécurité, les travailleurs du rail et tous ceux qui sont intervenus le 15 février.

Classe politique en nombre

La classe politique avait  fait le déplacement en nombre. Outre les ministres-présidents, les présidents d'assemblée et les présidents de partis était également présents dont le président du PS, Elio Di Rupo, bourgmestre de Mons dont la région a été particulièrement touchée par l'événement.

Les représentants des cultes et de l'action laïque étaient également présents à cette cérémonie.

Les patrons du rail était également rejoint le Palais des Beaux-Arts ainsi que les équipes de secours intervenues à Hal.

Moins de cent personnes parmi les proches des victimes

En revanche, moins de cent personnes parmi les proches de victimes sur les 680 invitées avaient pris place sur les sièges.

Ils n'avaient pas caché leur émotion et leur colère ces derniers jours.

Faisant l'objet d'une enquête judiciaire, l'origine de cet accident, l'un des pires de l'histoire du chemin de fer belge, n'est pas encore connue même si l'on a évoqué la possibilité du franchissement d'un feu rouge par l'un des deux trains qui se sont percutés de front.

La catastrophe de Hal a suscité un débat politique sur la sécurité du rail, qui trouvera un prolongement moyennant la mise sur pied d'une Commission spéciale à la Chambre.

"Une cérémonie qui n'a convaincu personne"

"La cérémonie d'hommage aux victimes de la catastrophe de Buizingen et la manière dont elle a été organisée n'a convaincu personne et en tout cas ni les familles des victimes -très faiblement représentées-, ni les usagers ou encore le personnel roulant, a affirmé samedi Gianni Tabbone, porte-parole de navetteurs.be.

Regrettant qu'aucun représentant des usagers du train ou du personnel roulant SNCB n'ait été convié à la cérémonie "sur invitation" Giannu Tabbone a déploré que la cérémonie n'ait pas été célébrée dans un endroit public qui aurait permis à la population de témoigner son soutien aux familles des victimes comme ce fut le cas pour la catastrophe de la rue Léopold à Liège.

Pour lui, "cela démontre une fois de plus le peu de considération donnée à celles et ceux qui au quotidien se déplacent en train où ont la responsabilité de veiller à leur circulation.

Etant donné que les plus hautes autorités du pays étaient présentes ce jour, il reste à espérer que celles-ci vont enfin assumer leurs responsabilités et cesser de jouer au 'c'est pas moi, c'est lui'".

404 Resource at '/content/vrtnieuws/fr/error/404.sdi.html' not found: No resource found

Resource at '/content/vrtnieuws/fr/error/404.sdi.html' not found: No resource found

Cannot serve request to /vrtnws/fr/error/404.sdi.html on this server


Apache Sling

Les plus consultés