Un dossier anonyme accuse Michel Daerden

Un dossier juridique de plusieurs centaines de pages accuse anonymement le ministre fédéral des Pensions, Michel Daerden (PS), et son fils Frédéric de pratiques illégales dans le cadre de leurs activités revisorales. Il prononce notamment des accusations d’organisation criminelle, et de faux et usage de faux intellectuels. Le document détaillé a notamment été transmis au parquet de Liège, aux membres de divers gouvernements, à des socialistes et plusieurs journalistes.

Les faits auxquels fait allusion « tm-tf » - l’auteur anonyme du dossier très bien documenté - ne sont pas inconnus. Mais ils sont juridiquement argumentés, ce qui permet de croire que l’auteur possède de larges connaissances en droit.

Le ministre fédéral des Pensions, Michel Daerden (PS), fait déjà l’objet de longue date d’accusations de conflits d’intérêts. Tout tourne autour du bureau de réviseurs d’entreprises BCG & Associés, dirigé par le fils du ministre, Frédéric Daerden. Le bureau a été fondé par Daerden père, qui l’a revendu à son fils lorsqu’il est devenu ministre au gouvernement wallon.

La presse francophone belge a déjà fait état, par le passé, de conflits d’intérêts dans l’octroi de contrats publics à ce bureau. Michel Daerden nie les faits.

Le document anonyme de plusieurs centaines de pages a été envoyé à des membres des gouvernements fédéral et wallon, à des membres du Parti socialiste francophone, à plusieurs rédactions de presse, mais aussi au parquet de Liège. Le procureur général, Cédric Visart de Bocarmé, a confirmé l’avoir reçu et transmis au magistrat en charge de l’affaire.

L’étude très bien documentée examine le « système Daerden », une organisation qui apparaît « comme une machine puissante, performante et extrêmement sophistiquée dont l’opacité semble être un instrument, et la résistance, une technique procédurale permettant de faire remonter des dividendes subséquents », indique l’auteur anonyme.

Plainte contre X

Le ministre Daerden dénonce pour sa part l’acharnement dont il affirme faire l’objet. Dans un communiqué, il indique vouloir porter plainte contre X pour diffamation et calomnie.

« Je suis particulièrement étonné par cette compilation arbitraire de documents anciens qui n’a visiblement qu’un objectif : salir mon image, mon travail et mon honorabilité », déclare Daerden.

Son fils, Frédéric (photo), se dit "indigné" et va également déposer plainte contre le dossier d'accusations. Le député européen le qualifie de "non fondé".

Selon la radio publique francophone RTBF, le président du PS Elio Di Rupo aurait chargé la commission déontologique de son parti d’étudier le dossier. Di Rupo voudrait néanmoins attendre le jugement sur l’affaire avant de prendre une décision.

Le Premier ministre Yves Leterme a déclaré que les accusations anonymes ne remettaient pas en question la position du ministre des Pensions. Il estime que c'est à la justice de faire maintenant son travail.