Razzia policière dans les milieux kurdes

Au total 16 personnes ont été interpellées jeudi matin par la police au cours de perquisitions menées dans le milieu kurde, à 25 endroits différents en Belgique, notamment à Bruxelles, Anvers, Charleroi, Verviers, Namur ainsi qu'à Denderleeuw au siège de la télévision kurde Roj TV.

Les 28 perquisitions menées simultanément jeudi dès 5H30 à travers la Belgique (Bruxelles, Charleroi, Liège, Namur, Verviers, Termonde, Louvain, Anvers) découlent de deux instructions en cours depuis trois ans, a-t-on appris du parquet fédéral et de la Police judiciaire fédérale de Bruxelles.

"Activités liées à un groupe terroriste"

L'affaire est dirigée par le parquet fédéral.

Les deux dossiers sont instruits par un juge d'instruction bruxellois et un autre de Charleroi spécialisés en terrorisme. Au total, 16 personnes (et non 18 comme initialement indiqué par le parquet) ont été interpellées dans le cadre de l'enquête bruxelloise et 2 autres dans le volet carolo.

Les personnes interpellées sont soupçonnées d'avoir participé à des activités liées à un groupe terroriste, soit le PKK, ou d'avoir joué un rôle de dirigeant au sein de celui-ci.

Le parquet fédéral a indiqué qu'il disposait de sérieux indices selon lesquels des jeunes, essentiellement kurdes, étaient recrutés en Europe occidentale, dont en Belgique, pour suivre des entraînements militaires organisés essentiellement dans le Nord et l'Est de l'Irak et en Grèce, mais aussi dans d'autres pays européens comme en Belgique.

Ces recrues étaient ensuite envoyées en Turquie et en Irak comme combattants du PKK.

Selon des documents, ces jeunes étaient privés de contact avec leur famille si celle-ci se montrait réticente par rapport aux activités du PKK.

Le parquet fédéral a déclaré disposer d'autres sérieux indices liés à un trafic de documents d'identité, utilisés pour faciliter le déplacement des membres de l'organisation.

Les dossiers comportent également un volet financier. Les enquêteurs soupçonnent les membres d'avoir financé leurs activités en cherchant des fonds auprès de commerçants kurdes, en ayant recours parfois à la violence ou aux menaces.

Les enquêteurs ont saisi jeudi plus de 200.000 euros, dont 100.000 euros au siège de la télévision kurde Roj TV, à Denderleeuw. Des scellés ont été posés sur le bâtiment de la chaîne.

Selon le parquet, une radio kurde, Mesopotamia, diffusait depuis le siège de la télévision Roj TV, basée à Denderleeuw des communications opérationnelles pour l'organisation.

Le parquet fédéral a indiqué que les perquisitions n'étaient pas liées aux récentes inculpations de neuf Kurdes en France, qui se rapportent également au recrutement et à l'entraînement de membres présumés du PKK.

Les différentes infractions ont été commises sur le sol belge, a ajouté le parquet fédéral.

Parmi les personnes interpellées, figurent deux leaders du PKK, Zubeyir Aydar et Remzi Kartal, selon une source judiciaire. L'identité des personnes interpellées n'a pas été communiquée par le parquet fédéral. 

Manifestation devant le Palais de Justice de Bruxelles

La police bruxelloise se positionnait jeudi après-midi autour du palais de justice de Bruxelles, sur la place Poelaert, pour contenir la manifestation de Kurdes.

La police redoute en effet que cette action, menée afin de protester contre les perquisitions qui ont lieu plus tôt dans la journée, ne déborde.

Différents combis de police avec des agents sont positionnés sur la place Poelaert.

Le personnel du palais de justice a reçu pour consigne de ne pas quitter le palais par l'entrée principale tant que les Kurdes sont présents, a constaté Belga sur place.

Le nombre de Kurdes sur place est pour le moment indéterminé mais des sources au palais de justice parlent d'une "grosse foule".
(Belga)