Un ex-détenu de Guantanamo cite l'Etat belge en justice

Cet ancien détenu du camp de détention américain de Guantanamo a témoigné de manière anonyme mardi pour la première fois dans le journal et l’émission "TerZake" sur la VRT. Moussa, né à Anvers, s'était envolé de l'Afghanistan vers le Pakistan en 2001.

Tous les étrangers présents en Afghanistan après les attentats du 11 septembre étaient en effet considérés comme suspects. Mais l'homme s'est révélé aussi peu en sécurité au Pakistan, car, selon lui  "il y aurait été vendu" aux services de sécurité américains.

Il a ensuite été conduit à Guantanamo, où il est resté détenu plus de trois ans. Il y a subi des maltraitances physiques et mentales. Il a été relâché durant l'été 2005, sans procès et sans avoir jamais été inculpé officiellement.
Selon son avocat, Walter Van Steenbrugge, la Belgique ne lui est pas suffisamment venue en aide durant cette période. "La Belgique aurait dû intervenir dans cette affaire, mais a réagi trop lentement", estime-t-il.
L'avocat dénonce également le fait qu'à son retour en Belgique son client a encore fait l'objet d'une enquête judiciaire.

Démenti des Affaires étrangères

Le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere (CD&V), a réfuté mardi soir ces affirmations.

"Les fonctionnaires belges, et également notre consul à Washington, ont effectué différentes visites auprès de l'intéressé à Guantanamo", a répliqué mardi soir le chef de la diplomatie belge, cité dans un communiqué.

Celui-ci y précise que le gouvernement belge a exercé des "démarches intenses" auprès des autorités américaines afin d'obtenir sa libération, et ce "jusqu'au plus haut niveau politique".

Le ministre souligne enfin que les deux Belges -dont le plaignant- libérés en 2005 de la prison de Guantanamo furent parmi les premiers à quitter ce centre de détention.