Anvers: des tunnels préférés au viaduc géant

Le gouvernement flamand a finalement opté ce mardi pour la piste de construction de plusieurs tunnels plutôt que pour le viaduc à 2 étages dit « Lange Wapper », très controversé, pour boucler le ring au nord-est de la métropole anversoise. L’option tunnels devra cependant être évaluée d’ici l’été. Si elle ne s’avère pas réalisable ou se révèle trop onéreuse, le gouvernement reviendra à la piste du viaduc.

Le gouvernement flamand a donc opté ce mardi, dans le principe, pour la piste des tunnels et non plus pour le projet du viaduc « Lange Wapper » (photo) élaboré par la Société de mobilité d’Anvers (BAM) pour terminer le ring au nord-est de la métropole. Ce périphérique est l’un des plus fréquentés de toute la Belgique et la question de la mobilité à Anvers divise les politiques en Flandre depuis plusieurs années.

La décision a été prise dans la nuit de lundi à mardi par le conseil des ministres flamands restreint, avant d’être confirmée ce mardi matin par l’ensemble du gouvernement régional.

L’équipe du ministre-président Kris Peeters (CD&V) fera néanmoins évaluer, d’ici l’été, si l’option des tunnels est réalisable, dans un délai raisonnable, et si elle ne coûte pas davantage que les 2,2 milliards d’euros budgétés pour la construction du viaduc géant.

Si ces conditions n’étaient pas remplies, le gouvernement a décidé de revenir alors à l’option du viaduc, mais dans une version adaptée. Le projet actuel de la BAM prévoit en effet un viaduc à 2 étages soutenus par des piliers de 150 mètres et s’étendant sur 2,8 km de long, partiellement au-dessus de quartiers habités.

Cinq tunnels au total

Au lieu du viaduc à huit voies, que la population anversoise avait rejeté par référendum en octobre dernier, quatre tunnels à deux voies chacun devraient boucler le ring. Cette option devra cependant être conforme aux normes européennes.

La ministre de la Mobilité, Hilde Crevits (CD&V), a été chargée d’élaborer un plan opérationnel comprenant un timing et des budgets, notamment, à proposer au gouvernement flamand.

Ce dernier s’est aussi mis d’accord sur la création d’un court tunnel sous l’Escaut à l’est d’Anvers, ainsi que sur la suppression du viaduc à proximité du Sportpaleis.

Le « Masterplan 2020 » approuvé

Le gouvernement s’est en outre mis d’accord, ce mardi, sur l’ensemble du plan de mobilité 2020 pour Anvers. Ce plan prévoit la création de nouvelles routes, des voies de tram et de trains légers, mais aussi des pistes cyclables et des voies navigables.

Le coût de ce projet d’envergure, discuté depuis des années, est évalué à 5 milliards d’euros. C’est plus d’un milliard de plus que ce qui avait été budgété à l’origine. Mais divers projets ont été ajoutés au plan de départ, comme la création d’une voie rapide (A102) pour un montant de 800 millions d’euros.

Alors que l’opposition reproche au gouvernement Peeters de n’avoir à nouveau pas tranché véritablement sur le dossier du bouclage du ring anversois, le bourgmestre de la métropole, Patrick Janssens (SP.A, photo, se dit « très satisfait » de la décision du gouvernement régional.

« C’est une victoire pour tous. Nous ne disons pas seulement adieu au Lange Wapper, mais aussi au viaduc de Merksem. Dans cette option, il n’y a ni gagnants ni perdants ».