"Des pratiques de l'occupation allemande"

Les trois candidats bourgmestres contestés de la périphérie flamande de Bruxelles ne seront jamais nommés. C’est en tous cas ce qu’a réaffirmé le ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois (N-VA).

La question des trois bourgmestres non-nommés des communes à facilité de Crainhem, Linkebeek et Wezembeek-Oppem dure déjà depuis les dernières élections communales de 2006.

Les trois maïeurs concernés sont respectivement Arnold d'Oreye, Damien Thiéry et François van Hoobrouck. Ces derniers ont été élus par la majorité francophone de leur commune, mais il revient au gouvernement flamand de les nommer.

Celui-ci, par l’intermédiaire de son ministre compétent en la matière, Geert Bourgeois (photo), a une nouvelle fois refusé de le faire. Selon le ministre flamand, les trois hommes ont consciemment transgressé la législation linguistique, notamment en envoyant des convocations électorales en français. Ils ne seront par conséquent jamais nommés bourgmestres.

Son prédécesseur Marino Keulen (Open Vld) avait également rejeté la candidature des trois maïeurs faisant fonction. Les trois communes avaient à chaque fois été invitées à introduire un nouvel acte de candidature, ce qu'elles avaient fait en proposant les mêmes candidats.

Leur dernier acte de candidature remontait à avril 2009. La réponse s’est faite attendre, mais elle est claire : "ils ne sont et ne seront jamais bourgmestres d'une commune flamande", a souligné Geert Bourgeois.

L'arrêté de non-nomination a été envoyé mardi aux communes concernées assorti d'une demande de formuler, aussi rapidement que possible, une proposition d'autres candidats "acceptables".

"Des pratiques du temps de l’occupation allemande"

Dans un entretien accordé à la Libre Belgique, le président du FDF, Olivier Maingain (photo), a qualifié la décision du ministre flamand Geert Bourgeois, de "pratiques du temps de l’occupation".

"Ces déclarations qui reviennent à dire clairement qu’on va nommer des bourgmestres qui n’ont pas la confiance des électeurs, mais c’est énorme ! C’est incroyable ! Où va-t-on ? Ce sont des pratiques - j’ose l’expression qui est très forte - dignes de l’Occupation allemande".

"C’est comme sous l’Occupation lorsqu’on désignait des bourgmestres parce qu’ils étaient les alliés de l’occupant ! C’est une comparaison forte mais c’est visiblement l’état d’esprit de la N-VA Et c’est insupportable. Si les gens élus ne conviennent pas au pouvoir flamand, ils doivent être évincés", a déclaré Olivier Maingain.

"Totalement déplacé"

Le vice-premier ministre Steven Vanackere (CD&V), s’est dit outré par les propos du président du FDF. "Cette comparaison est totalement déplacée", a-t-il indiqué. Il a dans ce cadre demandé au président du MR, Didier Reynders, de prendre ses distances par rapport aux déclarations d’Olivier Maingain.

Votre avis nous intéresse

Que pensez-vous de la décision des autorités flamandes de refuser une nouvelle fois de nommer les trois maïeurs faisant fonction dans les communes à facilité de Crainhem, Linkebeek et Wezembeek-Oppem?

Que pensez-vous de la réaction du président du FDF , Olivier Maingain? 

Envoyez-nous vos réactions à l'adresse suivante: info@flandreinfo.be