Geert Bourgeois respecte l’initiative des bourgmestres, si elle est légale

Les bourgmestres de la périphérie bruxelloise qui concluent des arrangements avec les promoteurs immobiliers pour que les nouveaux logements soient vendus en priorité à des néerlandophones stimulent ainsi le caractère flamand de leur commune, estime Geert Bourgeois (N-VA), ministre flamand de l'Intérieur, compétent en la matière.

"Si ces accords s'avèrent légaux, le ministre n'y voit aucun problème", a indique le porte-parole de Geert Bourgeois.
Geert Bourgeois se garde toutefois de se prononcer sur le fond de l'affaire. "Il faudra pour cela attendre un avis juridique", souligne son porte-parole.

Le président du FDF Olivier Maingain a déjà promis donner des suites juridiques au dossier.

Un reportage réalisé dans le cadre de l'émission Panorama de la VRT, diffusée dimanche soir, fait état d'accords entre plusieurs communes de la périphérie bruxelloise, comme Vilvorde, Gooik et Overijse, et des promoteurs immobiliers pour que les nouveaux logements soient vendus en priorité à des néerlandophones.L'ancien ministre flamand du Logement Marino Keulen (Open Vld) et le parlementaire flamand Eric Van Rompuy (CD&V) ont déjà souligné lundi le caractère illégal de ces arrangements.

"Les arrangements avec les promoteurs sont illégaux"

Ce mardi sur Radio 1 (VRT) l’ancien ministre socialiste flamand et professeur de droit public Johan Vande Lanotte a estimé qu’il n’y avait aucune base légale qui permette aux communes de tels arrangements limitant la vente de logements à des néerlandophones.

"Si le Parlement flamand devait approuver un décret fixant de telles règles, alors je me demande s’il serait constitutionnel et serait en accord avec la législation européenne" a encore déclaré Johan Vande Lanotte.