Afghanistan: "De Crem minimalise le danger"

Selon le syndicat socialiste, les militaires belges présents en Afghanistan courent plus de risque que le ministre de la Défense ne veut l’admettre. Les troupes elles-mêmes commencent à réagir face aux propos de Pieter De Crem.

Les militaires belges en Afghanistan disent que le ministre de la Défense Pieter De Crem minimalise les risques qu'ils prennent. "J'ai été trois fois pris sous le feu, mais à ce propos, aucun mot", dit un démineur, revenu récemment en Belgique.

"De Crem minimalise le danger pour que la mission se poursuive", déclare le syndicaliste Rudi Smits dans le quotidien flamand Het Laatste Nieuws.

Les troupes elles-mêmes commencent à réagir face aux propos du ministre qui minimaliserait les risques pris par les soldats belges en Afghanistan.

"Une situation potentiellement mortelle"

Le mécontentement bouillonne depuis que six démineurs belges ont été pris vendredi dernier avec un convoi allemand dans une embuscade de talibans dans la province septentrionale de Kunduz. Officiellement, il a été dit que les six Belges s'étaient retranchés dans leurs blindés "Dingo".

Un des démineurs belges écrit sur le site internet "paracommando.be" : "Nous étions en première ligne à côté des Allemands en train de tirer. Nous sommes même restés parmi les derniers".

"La situation à Kunduz est potentiellement mortelle. Nos militaires sont presque chaque semaine pris sous le feu. Contrairement aux Belges à l'aéroport de Kaboul ou Kandahar, ils sont presque tous les jours sur le terrain. Mais le ministre minimalise les incidents pour ne pas inquiéter", déclare Rudi Smits, du syndicat socialiste.

Le ministre De Crem nie pour sa part mener une opération d'étouffement.