Deux braquages de bijouteries font 2 morts

La première violente attaque à main armée s’est produite lundi après-midi dans une bijouterie située Chaussée de Wavre, dans le quartier de la Porte de Namur à Bruxelles. Le bijoutier est décédé et deux autres personnes ont été blessées. Deux suspects ont été arrêtés. La seconde attaque se produisait vers 19h00 à la Chaussée de Haecht, dans la commune bruxelloise de Schaerbeek. L’un des malfaiteurs a été tué, l’autre grièvement blessé.

Le premier braquage (photo) a eu lieu vers 13h40 dans une bijouterie du quartier ixellois de Matongé. Deux hommes armés ont menacé le gérant du magasin. Les coups de feu seraient tombés au moment où un voisin, armé, tentait de venir en aide aux victimes.

Le gérant de la bijouterie est décédé dans l’échange de coups de feu. Un autre vendeur a été blessé et l’un des suspects a également été touché.

Les deux malfaiteurs ont pris la fuite, mais un passant a pu arrêter l’un d’eux. Le quartier a été bouclé et la police a fait usage d’un hélicoptère pour tenter de retrouver les auteurs du braquage. Deux suspects ont ainsi pu être arrêtés. Celui qui est blessé a été emmené à l’hôpital.

Braquage mortel à Schaerbeek

La seconde attaque à main armée (photo) a eu lieu vers 19h00, ce lundi. La bijouterie visée est installée à la Chaussée de Haecht, dans la commune bruxelloise de Schaerbeek.

Le joaillier a fait feu sur les deux individus qui avaient fait irruption dans son magasin, au moment où ils tentaient de prendre la fuite avec un sac de bijoux, sur un scooter. L’un des deux suspects est décédé sur place.

Le second est grièvement blessé et a été transféré à l’hôpital. Un juge d’instruction a été désigné. On ignorait lundi soir si l’arme des agresseurs était réelle ou factice.

Bijoutier sous mandat d'arrêt

Entretemps, le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête judiciaire pour meurtre et tentative de meurtre à l'encontre du bijoutier de Schaerbeek qui a abattu l'un de ses agresseurs lundi soir et blessé grièvement le complice de ce dernier.

Le bijoutier a en effet tiré à 5 reprises dans la direction des deux hommes alors qu'ils prenaient la fuite en scooter. Le parquet estime donc que le bijoutier n'a pas tiré pour sa légitime défense, mais pour récupérer ses joyaux, alors que ni lui-même ni personne n'était plus en danger.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le joaillier ne possédait pas de permis d'arme. L'homme a été entendu ce mardi après-midi par le juge d'instruction, puis placé sous mandat d'arrêt peu avant 18h00.

Picqué: "Renforcer la présence policière"

A la suite de ces deux braquages mortels de bijouteries à Bruxelles, le ministre-président de la Région bruxelloise, Charles Picqué (photo), a affirmé qu'il était nécessaire de renforcer la présence des policiers dans les quartiers.

"De tels faits renforcent ma conviction que le thème de la sécurité est majeur à Bruxelles. Ces événements montrent que le recrutement de policiers supplémentaires, l'action de la police fédérale et de la justice, ainsi que la prévention doivent s'intensifier. Une présence renforcée des policiers dans les quartiers est la première réponse à apporter".