La Belgique a fermé son espace aérien

Tout comme les Pays-Bas et l’Allemagne, notamment, la Belgique a fermé son espace aérien ce jeudi après-midi en raison du passage du nuage de cendres volcaniques provenant d’Islande et qui met en danger le trafic aérien. La situation est inédite pour l’aéroport international de Zaventem. Ce dernier ne verra décoller ni atterrir aucun vol jusqu’à vendredi à 18h00, au plus tôt.

Le nuage des cendres qui se sont échappées lors de l’éruption d’un volcan au sommet du glacier Eyjafjallajokull, dans le sud de l’Islande ce mercredi matin, a paralysé tout le trafic aérien - pour lequel il représente un danger réel - dans le nord-ouest de l’Europe, mais également au-delà de cette région.

En Belgique, l’aéroport d’Ostende a déjà été fermé vers 14h30 ce jeudi. A l’aéroport anversois de Deurne, les vols commerciaux ont été annulés.

Vers 16h30, c’est l’entièreté de l’espace aérien au-dessus de la Belgique qui a été fermé, rendant ainsi impossible tout trafic aérien notamment au départ de Brussels Airport (photo). Dès 14h00, l’aéroport de Zaventem avait déjà suspendu toutes les activités d’enregistrement de passagers. Un accueil est prévu pour les voyageurs cloués au sol.

Entre 16h30 et 22h00 ce jeudi, quelque 236 vols seront ainsi annulés à Brussels Airport. Environ 5.000 passagers seront ainsi bloqués au sol. Les autorités de Brussels Airport ont également annoncé que le départ ou l’arrivée de vols sur son territoire ne pourrait reprendre que ce vendredi à 18h00, au plus tôt.

L’espace aérien belge restera en effet fermé jusqu’à vendredi 18h00.

Les passagers dont le vol a été supprimé peuvent prendre un autre vol ou se voir rembourser leur billet d’avion. Ceci a déjà entraîné de longues files d’attente aux guichets de compagnies aériennes. Les compagnies de charters Jetair et Thomas Cook ont également dû annuler leurs vols. Leurs passagers sont logés dans des hôtels ou acheminés en bus vers la Belgique, quand c’est possible.

Une situation exceptionnelle

La fermeture de l’espace aérien est une situation très exceptionnelle pour la Belgique. « En 40 ans, je n’ai encore jamais vu cela », indique Pierre Ghyoot, secrétaire-général de l’association des pilotes belges BeCa.

Aucun vol de passagers ou de marchandises ne peut survoler la Belgique, y atterrir ou en décoller. La mesure ne vaut cependant pas pour les petits avions ou les ULM. Les hélicoptères Sea King sont également autorisés à voler. La force aérienne belge maintient deux F-16 prêts à surveiller l’espace aérien au-dessus du pays.

Le trafic aérien est également paralysé aux Pays-Bas et en Allemagne depuis jeudi après-midi. Les pays scandinaves, la Grande-Bretagne et l’Irlande avaient déjà suspendus tous les vols plus tôt dans la journée.

L’aéroport parisien Charles De Gaulle sera fermé dès 23h00 ce jeudi.

Brussels Airport a adapté son site internet pour faire face au grand nombre de visiteurs qui veulent se tenir au courant de l’évolution de la situation.