Le gouvernement fédéral en crise

Réunis par le Premier ministre Yves Leterme ce mercredi, les cinq partis de la majorité et les deux partis écologistes ne sont pas parvenus à trouver une solution négociée au dossier de la scission de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV). Alors que les présidents du CD&V, du CHD, du PS, du MR, d’Ecolo et de Groen ! s’accordaient sur une déclaration que le Premier ministre lira ce jeudi après-midi à la Chambre et indiquaient leur volonté de poursuivre les négociations, l’Open VLD parlait d’une rupture de confiance et menaçait de quitter le gouvernement.

Les présidents des partis de la majorité et des Verts, réunis ce mercredi par le Premier ministre Yves Leterme (photo) pour négocier sur la solution au dossier BHV proposée par le médiateur royal Jean-Luc Dehaene, se sont quittés vers minuit sans accord. Les présidents des partis CD&V, CDH, PS, MR, mais aussi Ecolo et Groen ! étaient cependant parvenus à s’entendre sur une déclaration que le Premier ministre devait lire ce jeudi après-midi à la Chambre.

Cette déclaration indiquerait que les partis veulent se donner davantage de temps pour négocier une solution, sans s’en tenir à une date butoir.

Seul le président des libéraux flamands de l’Open VLD, Alexander De Croo, n’avait pas approuvé cette déclaration et parlait mercredi soir d’une rupture de confiance. Alors que son parti avait placé à ce jeudi un ultimatum pour un accord sur le dossier BHV, il estimait la déclaration insuffisante et laissait entendre que son parti pourrait quitter le gouvernement.

Les autres partis impliqués dans les négociations affirmaient leur étonnement et déploraient cette déclaration qui, selon eux, permettra encore moins de parvenir à un accord.

Ce jeudi matin à 9h30, Alexander De Croo réunissait un bureau de son parti. Entretemps, le roi Albert II annulait une visite à Visé et se tenait en stand-by à Bruxelles.

"Voter sur BHV à la Chambre"

A son arrivée au bureau de l’Open VLD, ce jeudi matin, le vice-Premier ministre et ministre du Budget Guy Vanhengel (photo principale) affirmait que les partis flamands devaient réclamer ce jeudi la mise à l’ordre du jour de la Chambre un vote sur la proposition de loi de scission de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde, déjà approuvé en Commission.

Selon Vanhengel, ce vote devrait avoir lieu la semaine prochaine, les partis francophones ayant, selon lui, fait preuve de mauvaise volonté dans les négociations.

Depuis mercredi, l’Open VLD affirme, sur base d’une note juridique des services de la Chambre, que la Chambre peut voter la proposition de loi sans attendre la fin de la dernière procédure en conflit d’intérêts déclenchée par le parlement de la Communauté germanophone. Cette thèse est contestée par beaucoup de spécialistes.

Guy Vanhengel ne précisait pas ce jeudi matin si son parti allait effectivement quitter le gouvernement fédéral.