Malika El Aroud écope de 8 ans de prison

La 49e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles a reconnu coupables et condamnés à des peines de 40 mois à 8 ans de prison huit des 9 prévenus poursuivis pour appartenance à un groupe à visées terroristes. Malika El Aroud, son mari Moez Garsallaoui et un autre prévenu sont déclarés coupables d’avoir dirigé une filière d’envoi de combattants au Waziristan - ce qu’ils nient.

Trois prévenus, dont Malika El-Aroud - une femme de 50 ans veuve d’un kamikaze qui était impliqué dans l’assassinat du commandant afghan Ahmed Shah Massoud en septembre 2001 - et son mari actuel Moez Garsallaoui, étaient accusés d’avoir dirigé un groupe terroriste et d’avoir organisé en Belgique le recrutement de volontaires prêts à partir pour le Waziristan, une région à la frontière pakistano-afghane.

Les six autres prévenus étaient accusés d’appartenir au même groupe à visées terroristes. Ils risquaient entre 1 et 10 ans de prison.

Finalement, le tribunal correctionnel a estimé que 8 des 9 prévenus étaient coupables. Ils écopent de peines de prison allant de 40 mois à 8 ans.

Malika El Aroud et son mari, ainsi qu’un troisième prévenu sont jugés coupables d’avoir dirigé et financé un groupement qui recrutait des volontaires prêts à partir pour le Waziristan. Ils reçoivent respectivement 8 ans, 8 ans et 5 ans de prison.

Les condamnés affirment avoir eu des sympathies pour le combat mené en Afghanistan, mais nient avoir incité d’autres personnes à participer à la guerre sainte.

Cette dernière journée du procès, qui avait débuté à Bruxelles le 8 mars dernier, était elle aussi placée sous haute surveillance. Les autorités craignaient en effet que les accusés ne bénéficient d’une aide extérieure pour être libérés ou s’échapper du palais de justice.