Les appels pour abus sexuels explosent

Depuis l’annonce de la démission de l’évêque brugeois, Roger Vangheluwe, qui a reconnu avoir abusé sexuellement de son neveu, les services flamands de Télé-accueil ont enregistré plus de 350 appels concernant des abus sexuels commis au sein de l’Eglise.

Entre le 23 avril et le 6 mai, le service de Tele-Onthaal a ainsi reçu 353 appels de ce type, alors que la moyenne pour une telle période est de 50 appels.

"La hausse du nombre d'appels est certainement due au récent scandale", estime la porte-parole de Tele-Onthaal, Kathleen Goovaerts, se référant à l’affaire Vangheluwe.

"La plupart des appels concernent des abus commis dans le passé. Les abus ont été régulièrement commis dans des écoles ou des internats par des enseignants qui étaient également prêtres".

La plupart des appelants sont des hommes qui ont été abusés sexuellement durant leur plus jeune âge. Ils racontent souvent pour la première fois leur histoire. Dans de nombreux cas, même leur conjoint n’est pas au courant de l’abus dont ils ont été victime.

"Il semble par ailleurs que très souvent, l’abus a duré longtemps, parfois plusieurs années", souligne encore Kathleen Goovaerts.

Les victimes n’ont souvent pas été prises au sérieux. L’Eglise aurait également souvent fait pression pour les faire taire. Dans certains cas, une somme mensuelle leur a même été versée pour par exemple payer leur thérapie.