Un Belge sur cinq, d’origine étrangère

Un Belge sur cinq possède une origine étrangère, c’est ce qui ressort d’une enquête sociologique de l’université catholique de Leuven (KUL). Selon cette enquête, dans dix ans, ce rapport sera de un sur trois.

L’enquête remonte à trois générations. Les personnes qui possèdent au moins un arrière-grand-parent d’origine étrangère sont donc considérées comme étant d’origine allochtone.

Le terme allochtone est donc à nuancer quand ont sait qu’actuellement, un Belge sur cinq possède des origines étrangères et que dans dix ans ce sera un Belge sur trois.

Dans des grandes villes on compte en général un plus grand pourcentage de personnes d’origine étrangère.

A Malines, Louvain et Gand, ces personnes représentent environ 25% de la population, à Anvers 40%.

A Bruxelles, près de sept habitants sur dix ont des étrangers dans leur arbre généalogique.

La commune de Saint-Josse-ten-Noode compte même 96,2 % d’allochtones et Saint-Gilles 91,7%.

Selon cette étude, d’ici quelques décennies, les Belges de souche seront en minorités dans toutes les grandes villes.

En Flandre, ce sont les Néerlandais et les Marocains qui sont les plus nombreux, les Marocains représentent aussi un groupe très important à Bruxelles, en Wallonie on trouve par contre de nombreux Belges d’origines italiennes.