Vague de perquisitions à Anderlecht

La police a mené ce mardi matin une vague de perquisitions dans la commune bruxelloise d'Anderlecht. L'action serait menée contre une bande de traficants de drogues et serait lié à l'application de la tolérance zéro.

La police judiciaire fédérale de Bruxelles (PJF) a interpellé 24 personnes de nationalité belge mardi matin au cours de 88 perquisitions menées dans le cadre d'une enquête sur une organisation criminelle active dans le trafic de drogue à grande échelle à Anderlecht et dans ses environs.

Dix d'entre elles, dont les dirigeants de l'organisation, ont été mises à la disposition de la juge d'instruction Grégoire, indique mardi le parquet de Bruxelles.

En début de soirée, on apprenait que 4 autres personnes avaient été interpellées au cours de 14 nouvelles perquisitions.

Au total ce sont donc 28 personnes qui ont été interpellées. Deux personnes ont été placées sous mandat d'arrêt.

Des véhicules de luxe (Porsche, Audi), la somme de 120.000 euros et du matériel de plantation de cannabis ont été saisis.

Il s'agit de la plus large opération de la Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles (PJF) sur son territoire.

Au total, 550 agents ont participé à ces perquisitions, dont 380 collaborateurs de la PJF.

Les perquisitions ont été effectuées pour contrer l'organisation criminelle qui a la mainmise sur le territoire de la place Lemmens et de ses environs et en a fait une zone de non-droit depuis début 2009, a précisé mardi matin Glenn Audenaerde, directeur de la police de l'arrondissement de Bruxelles.

Des coups de feu, notamment à l'arme de guerre, avaient été tirés entre bandes rivales dans le quartier l'année dernière.

"Nous comptons bien anéantir l'économie parallèle mise en place en confisquant les biens et le patrimoine des membres des organisations criminelles", a-t-il insisté.

La tolérance zéro fait diminuer la criminalité de rue à Cureghem

Au cours des quatre premiers mois de 2010, la criminalité de rue a diminué de 30,95% à Cureghem, (un quartier d'Anderlecht) par rapport à la même période en 2009, a indiqué mardi la ministre démissionnaire de l'Intérieur, Annemie Turtelboom.

Elle a confirmé que la tolérance zéro sera poursuivie "aussi longtemps que c'est nécessaire".

La baisse a été avant tout constatée dans les formes de criminalité les plus visibles.

Entre janvier et avril 2010, le nombre de vols dans les véhicules a même chuté de 48,31%.

Le nombre de sac-jackings a lui diminué de 34,41% et les vols à main armée avec violence de 17,39%.

"Davantage de bleu dans la rue améliore la sécurité. La tolérance zéro à Cureghem restera d'application aussi longtemps qu'elle doit l'être", selon Mme Turtelboom.

Début février, une opération baptisée Octopus avait été entamée, en collaboration avec le ministère de l'Intérieur, le parquet bruxellois, la zone de police Midi et la police fédérale, afin d'endiguer la criminalité dans le quartier de Cureghem.

Les plus consultés