La presse étrangère parle de choc politique

Alors que les sites internet des médias étrangers titraient déjà ce dimanche sur la large victoire de la Nieuw-Vlaamse Alliantie, la presse étrangère s’étonne ce lundi du score monstre réalisé par le « parti séparatiste flamand » de Bart De Wever. Elle s’interroge sur l’avenir de la Belgique, se demandant si le glissement de terrain politique pourrait mener à une scission du pays.

Nombre de sites internet, et parmi eux celui du New York Times, plaçaient ce lundi matin l’information sur les résultats du scrutin belge en haut de leur page d’ouverture. Le quotidien américain ouvrait donc avec un article annonçant que « Les séparatistes flamands remportent les élections belges », à côté d’un article sur un attentat en Irak.

Le site internet du quotidien néerlandais De Volkskrant (photo) débutait avec un article sur « le glissement de terrain électoral en Belgique », tout en ajoutant que les socialistes forment maintenant la plus grande famille politique en Belgique, avec Elio Di Rupo qui est « en passe de devenir le nouveau Premier ministre de Belgique, le premier francophone en plus de 30 ans ».

Le quotidien français Le Monde consacrait également un article à Bart De Wever et au « triomphe des indépendantistes flamands », soulignant que « jamais un mouvement prônant l’indépendance de la Flandre n’avait remporté un scrutin législatif fédéral » et que « 45% des électeurs s’étaient exprimés en faveur de partis prônant d’une manière ou d’aune autre l’indépendance ». Et de souligner que De Wever avait déjà laissé entendre avant les élections de dimanche qu’il voyait bien un francophone devenir Premier ministre du pays, pour la première fois depuis les années 1970.

« Belgique : victoire large et historique des indépendantistes flamands » titre pour sa part le quotidien français Libération. Il souligne que les résultats devraient compliquer un peu plus la recherche d’une nouvelle coalition fédérale entre partis flamands et francophones et surtout d’un compromis sur l’avenir du pays. « Les négociations en ce sens pourraient durer des mois, alors que la Belgique prend en juillet la présidence tournante de l’UE et doit affronter la crise économique ».

Quant au Figaro, il estime que « La victoire des séparatistes flamands fragilise la Belgique », ajoutant que « Bart De Wever s’impose, mais sans être maître du calendrier ni du rapport de force ». Jean-Jacques Mevel constate que « cet Anversois poupin et à l’éternelle chemise blanche » a réussi à « s’imposer comme un politicien fréquentable » et devient maintenant « plus difficile à contourner ». Mais il garde encore ses cartes pour lui.

Le quotidien allemand Die Welt qualifie, lui, De Wever de « séparatiste modéré » qui est parvenu « ces dernières années à faire chaque jour la Une du quotidien francophone Le Soir » et va maintenant « imposer des hautes exigences au socialiste francophone Di Rupo qui veut devenir Premier ministre ».

La BBC est convaincue que la victoire de la N-VA rapproche la Belgique d’une scission et souligne que De Wever est parvenu en trois ans à mener son parti au sommet « alors que les autres partis sont restés bloqués ». Et le service public britannique d’ajouter que la dette publique belge a pris ces dernières années « des proportions ingérables ».

Quant au quotidien espagnol El Pais (photo principale), il parle également de glissement de terrain politique en Belgique. Et d’ajouter que les socialistes francophones sont prêts à négocier avec Bart De Wever pour former un nouveau gouvernement fédéral.