De Wever veut éviter les mêmes "stupidités"

Le président de la N-VA voudrait que les négociations gouvernementales soient achevées pour le 1er septembre. C’est ce qu’il indique dans l’hebdomadaire Knack. Bart De Wever déclare toutefois ne pas vouloir répéter les "stupidités" faites il y a trois ans par Yves Leterme (CD&V).

Bart De Wever est conscient que les négociations vont être difficiles. Il est toutefois convaincu qu’un compromis est possible. "Nous sommes sur le point d’aboutir à un compromis. Il ne faut pas oublier que nous étions déjà présents en 2007, et qu’il y avait eu alors différentes propositions en vue d’une réforme de l’Etat. Certains n’étaient pas à nos yeux le nec plus ultra, mais nous pouvions tout de même les soutenir", indique le président de la N-VA.

De Wever ne veut pas répéter les "stupidités" faites il y a trois ans par Yves Leterme (CD&V). "Si en tant qu’homme politique flamand tu exiges la fonction de Premier ministre et que tu serres la main aux politiciens francophones, les négociations sont alors à moitié finies, alors qu’en fait, elle doivent se concentrer sur le contenu. Le poste de Premier ministre me semble être une chose superbe pour renforcer la confiance côté francophone".

Selon le président des nationalistes flamands, tout le monde doit surtout adopter une attitude différente. "Trois années d’immobilisme et un changement d’attitude pourraient peut-être mener à des résultats".

Tête à tête secret avec Elio Di Rupo

Les présidents du PS et de la N-VA, les deux formations qui ont remporté les élections législatives dimanche, se sont rencontrés en toute discrétion hier, et ce pour la première fois.

La rencontre aura duré quelques heures. Aucune information n’a toutefois filtré sur le contenu de l’entretien.

Notons que depuis dimanche, les deux partis tentent d’envoyer des signaux d’apaisement en dépit de divergences essentielles, non seulement au niveau communautaire, comme par exemple sur le statut de Bruxelles, mais aussi sur le plan économique et social.