Di Rupo espère une majorité des deux tiers

Le président du PS, Elio Di Rupo, a souligné mercredi l'ampleur du travail à accomplir en vue de la formation d'un nouveau gouvernement issu des élections du 13 juin. Il croit cependant en la conclusion d'un compromis qu'il espère voir aboutir le plus rapidement possible.

"On n'est qu'au début du processus de rapprochement", a indiqué Elio Di Rupo au lendemain d'un premier contact avec son homologue de la N-VA, Bart De Wever, qui avec lui a remporté les élections du 13 juin.

"Le travail est énorme mais faisable", a précisé le président du PS lors d'une conférence de presse organisée par le président du parti socialiste européen Poul Nyrup Rasmussen pour des journalistes belges et étrangers.

Le président de la N-VA Bart De Wever espère qu'un compromis pourra se dessiner pour le 1er septembre.

Il nous faut atterrir "aussi rapidement que possible", a indiqué mercredi Elio Di Rupo.

"On verra qui va être désigné formateur puis à quel rythme on va évoluer. Il ne faut pas sous-estimer la quantité de travail. Si les choses étaient si simples, mes prédécesseurs auraient trouvé la solution depuis longtemps", a-t-il ajouté.

Pour réformer les structures de l'Etat, la nouvelle coalition devra disposer d'une large majorité. "Idéalement, le prochain gouvernement devrait disposer de la majorité des deux tiers", a souligné Elio Di Rupo.

Il a ajouté que lui et Bart De Wever prendront langue "dans les prochains jours" avec les autres partis flamands et francophones.